Les noms des ronces (Rubus L., Rosaceae) publiés par Henri Sudre et présents dans son herbier de ronces : analyses et typifications éventuelles. Partie 2 - Subdivision Homalacanthi Dumort., Sect. 1 Suberecti P.J. Müll.

Résumé

Je présente ici les analyses et les typifications éventuelles des noms publiés par Sudre pour la Section Suberecti P.J. Müller.

Abstract

I present the analyzes and the possible typifications of the names published by Sudre for the Suberecti P.J. Müller Section.

« Rubus sulcatus Vest var. apricus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 256, 1903).

Préambule : La première publication dans Rub. Pyr. est sous le nom de Rubus nitidus W. et N. subsp. laetevirens (Bull. Ass. Franç. Bot., 2 (20-21) : 204, 1899). Ce nom est provisoire (donc invalide). Un peu plus tard, Sudre lui subordonne un nom de substitution : Rubus sulcatus Vest var. apricus Sudre (Bull. Ass. Franç. Bot. 4 : 158, 1901), nom aussi provisoire et donc invalide. Dans le fasc. 4 de Rub. Pyr., qui doit statuer sur le rang correct du nom et ainsi le valider, il n’est pas repris (ni en tant que laetevirens ni par son nom de substitution var apricus). Il faut attendre le Bulletin d’histoire Naturelle d’Autun de 1903 pour que cette publication valide ce nom (Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou). C’est donc ce nom-là qui va être typifié. Nous verrons ensuite pour Rubus sulcatus West var. apricus Sudre.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_001_068 (figure 1).

Synonymes : ≡ Rubus sulcatus Vest var. apricus Sudre (Bull. Ass. Franç. Bot. 4 : 158, 1901), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus laetevirens (Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou) Prain (Index Kew., suppl. 5 : 224, 1921), nom. illeg., non R. laetevirens Progel, ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre (Bull. Ass. Franç. Bot. 2 (20-21) : 204, 1899), publ. nom. inval. (nom. prov.).

Texte de l’étiquette : « R. sulcatus Vest. (groupe), Herbier H. Sudre, Rubus sulcatus Vest. var. apricus Sudre, R. laetevirens Sudre non Progel, En amont des gorges d’Orlu, pét. roses, fil. blancs > st. verdâtres, j.c. glabres, pollen mélangé, Ariège, 13. 8. 1898, H. Sudre ».

Texte des autres étiquettes : copie du protologue publié dans Rub. Pyr. in Bull. Assoc. Franç. Bot. 2 (20-21) : 204 (1899) avec un ajout manuscrit de Sudre : « non Progel ».

Remarques : Les deux planches présentes dans l’herbier de Sudre semblent correspondre à une même (et seule) récolte. Il serait alors possible d’envisager la planche 001_068_B comme faisant partie du lectotype. Elle ne possède cependant ni de date ni de numéro de récolte. Le lectotype étant en plus très complet, c’est pour tout cela que je ne la désigne pas comme telle.

« Rubus sulcatus Vest var. apricus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus sulcatus Vest var. apricus Sudre (Rubi eur. : 17, 1908).

Préambule : Dans le protologue in Rubi eur., p. 17, 1908, Sudre ne fait aucune référence à la publication de Marcailhou, et on ne peut donc pas considérer que ce soit un nom nouveau pour Rubus nitidus subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou. Il semble donc intéressant de typifie aussi ce nom. Ce sera un cas où deux noms sont typifiés sous un même titre. Le lectotype sera le même que pour Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 256, 1903) désigné ci-dessus, ce qui engendre une synonymie nomenclaturale entre les deux séries de noms.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_001_068 (figure 1).

Synonymes : ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 256, 1903), ≡ Rubus laetevirens (Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou) Prain (Index Kew., suppl. 5 : 224, 1921), nom. illeg., non R. laetevirens Progel, ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre (Bull. Ass. Franç. Bot. 2 (20-21) : 204, 1899), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus sulcatus Vest var. apricus Sudre (Bull. Ass. Franç. Bot. 4 : 158, 1901), publ. nom. inval. (nom. prov.).

« Rubus plicatus W. et N. var. interfoliatus Sudre »

Nom à typifier : Rubus plicatus Weihe & Nees subsp. interfoliatus Boulay (Ass. Rub. : 4, 1888).

Préambule : Le basionyme de ce taxon vient de Boulay en tant que sous-espèce. Rubus plicatus W. et N. var. interfoliatus Sudre est une recombinaison dans Batoth. Eur. Ce serait dans l’herbier de Boulay qu’il faudrait typifier ce nom. Il semble que cet herbier ait été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Un bon type reste donc à chercher dans les herbiers.

Synonymes : = Rubus spicifolius Boulay (Ronces vosgiennes : 81, 1868), ≡ Rubus plicatus Weihe & Nees var. interfoliatus (Boulay) Sudre (Batoth. Eur. 5 : 64, 1907).

Remarques : La part d’herbier BORD_SU_002_054 fait partie du matériel original. La BORD_SU_002_055_A est un syntype de la collection des « Ronces vosgiennes ». Elle comporte deux dates. Il serait possible de lectotypifier une partie (primocanne ou inflorescence par exemple). Je laisse à qui voudra typifier les ronces de Boulay le choix de le faire ou non à partir de cette planche.

« Rubus plicatus W. et N. var. acuminatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus plicatus Weihe & Nees var. acuminatus Sudre (Batoth. Eur. 3 : 38, 1905).

Préambule : Ce taxon est déjà noté comme typifié par Sales & Moriera (planche de l’herbier de l’université de Coimbra COI00077231). Il semble cependant qu’aucun article n’a jamais été rédigé à ce sujet et donc que cette typification n’est pas effective.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_002_063 (figure 2).

Texte de l’étiquette : « H. SUDRE_BATOTHECA EUROPAEA_Fasc. III. 1905, Sect 1_Suberecti_P.J.  Mül., 101_RUBUS PLICATUS W. et N. rub. germ. p. 15 t. I (1822) ; Focke syn. p. 111. var. acuminatus Sud., Allemagne_ Braunscheig : Bois, alt. 100 m. Pétales roses ; étamines rosées, égalant les styles verdâtres ; 27.6.1903 ; coll. F. Kretzer ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue publié dans Batoth. Eur. p. 38 (1905).

Remarques : C’est la seule planche pouvant servir de lectotype à ce nom dans l’herbier de Sudre.

« Rubus plicatus W. et N. var. smiglensis Sudre »

Nom typifié : Rubus opacus Focke var. smiglensis Spribille (Abh. Bot. Ver. Prov. Brandg. 39 : 45, 1897).

Préambule : Le basionyme de Spribille a déjà été typifié par Weber : WEBER, H. E. (1985) : Rubi Westfalici. Die Brombeeren Westfalens und des Raumes Osnabrück (Rubus L., Subgenus Rubus), 452 S. – Westf. Museum Naturk., Landschaftsverband Westf.-Lippe), Münster i. W. (également publié sous le nom Abh. Westf. Museum Naturk. 47 (3) : 1-452). Rubus opacus Focke var. smiglensis Sudre n’est qu’un isonyme.

Synonyme : ≡ Rubus plicatus Weihe & Nees var. smiglensis (Spribille) Sudre (Batoth. eur. 5 : 64, 1907).

Remarques : Il n’y a pas de planches pouvant servir de matériel original dans l’herbier de Sudre.

« Rubus plicatus W. et N. var. glandulifer Sudre »

Nom typifié ici : Rubus plicatus Weihe & Nees var. glandulifer Sudre (Rubi eur. : 19, 1908).

Préambule : Il semble que ce soit la seule publication de ce nom.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_002_108 (figure 3).

Synonymes : = Rubus glanduliger W. C. R. Watson (Rep. Bot. Soc. Brit. Isles 10, p. 794, 1935).

Texte de l’étiquette : « Ex Herb. E. F. Linton, Rubus lentiginosus Lees, Graffham in Sussex, Legi ipse, rec. velu (ajout Sudre), 2.8.1901 ».

Texte des autres étiquettes : « voir un lentiginosus dans le R. carpinifolius » : étiquette manuscrite, auteur inconnu (Sudre ?).

Copie du protologue de Rubi eur. p. 19, 1908.

Ajout manuscrit : Apparemment de Sudre vu l’écriture : « R. opacus var. glandulifer ».

Remarques : Je justifie la typification de ce taxon car Sudre lui-même dans son texte sous la diagnose estime que cette plante (de même que cette planche) « n’est pas la R. lentiginosus de Lees. ». Par contre le synonyme (R. glanduliger W.C.R. Watson) possède déjà un autre type.

« Rubus nitidus W. et N. var. divaricatus Sudre »

Nom typifié : Rubus divaricatus P.J. Müll. (Flora : 130, 1858).

Préambule : Ce nom de P.J. Müller a déjà été typifié : A. van de Beek, 1974, Die Brombeeren des geldrischen Distriktes innerhalb der Flora der Niederlande, Meded. Bot. Mus. Herb. Rijks Univ. Utrecht 415 : 1-195.

Synonymes : ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. divaricatus (P.J. Müll.) Boulay in Rouy et Camus (Flore de Fr. : 39, 1900), ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees var. divaricatus Sudre (Rubi eur. : 19, 1908), ≡ Rubus suberectus Anders. f. divaricatus (P.J. Müll.) E.G. Camus (Cat. Pl. Fr. : 81, 1888).

Remarques : Deux planches de l’herbier de Sudre sont du matériel original (datées de 1857). Il s’agit des BORD_SU_003_059 et BORD_SU_003_061.

« Rubus nitidus W. et N. var. valdebracteatus Sudre » 

Nom typifié ici : Rubus valdebracteatus Sudre (Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 14 : 7, 1904).

Préambule : Lors de la première publication de ce nom, Sudre le classe au rang spécifique. C’est donc à ce rang qu’il va être typifié.

Lectotype (désigné ici sur deux parts) : BORD_SU_003_091 et BORD_SU_003_091_B (figure 4).

Synonymes : ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees var. valdebracteatus (Sudre) Sudre (Rubi eur. : 19, 1908).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. Sudre, Rubus valdebracteatus Sud., Auf Linntsandstein beim St Johaner schutzenhaus (Saarbrücken), 13 juli. 1869, Pét. et ét. blanches, Leg. Winter, Sudre, 43 ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue publié dans Bull. Soc. Pyr. n° 312, (1904).

(sur BORD_SU_003_091_B) copie de la publication de Rubi eur. p. 19, 1908 et « 43 » manuscrit par Sudre.

Remarques : Notons la présence d’une seconde récolte faisant partie du matériel original : BORD_SU_003_090.

« Rubus nitidus W. et N. var. oblongifrons Sudre »

Nom typifié ici : Rubus nitidus Weihe & Nees microgene oblongifrons Sudre (Batoth. Eur. : 19, 1903).

Préambule : C’est bien en tant que microgène que ce nom a été publié dans son protologue.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_003_073 pro parte : feuille (figure 5).

Synonyme : ≡ Rubus oblongifrons (Sudre) E.G. Camus & Malinv. (Bull. Herb. Boissier, ser. 2, 5 : 975, 1905), ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees var. oblongifrons (Sudre) Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 36 : 5, 1907).

Texte de l’étiquette : « H. SUDRE_BATOTHECA EUROPAEA_Fasc. I. 1903, Sect 1_Suberecti_P.J.  Mül., 1_RUBUS NITIDUS W. et N. rub. germ. p. 19 ; Focke syn. p. 123 ; N. Boul. ap. Rouy et Cam. Fl. Fr. t. VI, p. 41 (sp. coll.)., Microgen. R. oblongifrons Sud., France_ Tarn : Cambon, bord des ruisseaux ; micaschiste, alt. 200 m., Pétales rosés ; étamines blanches, dépassant peu les styles verdâtres ; Fleurs 16.6.1903 ; Fruits et feuilles 15.7.1903, Coll. H. Sudre., réc. glabre (manuscrit supplémentaire) ».

Texte des autres étiquettes : Copie du texte publié dans Rubi eur. p. 19 (1908).

Remarques : Les douze planches de l’herbier de Sudre provenant de l’Occitanie (Tarn exclusivement) sont toutes du matériel original. Une seule est directement liée par son étiquette à la série de Batotheca Europaea. C’est donc elle qui a été choisie comme lectotype. Elle est d’ailleurs très représentative de l’espèce. Le problème est que deux dates sont données sur cette étiquette. J’ai décidé de considérer la feuille (datée séparément de l’inflorescence) comme lectotype car c’est cet organe qui caractérise le plus cette plante. Je désigne donc aussi comme épitype l’inflorescence de cette planche pour compléter la typification de ce nom.

Épitype (désigné ici) : BORD_SU_003_073 pro parte : inflorescence (figure 5).

« Rubus micranthelus P.J. Müll. in Sud. » pro hybr. 

Nom typifié ici : Rubus micranthelus P.J. Müll. ex Sudre, pro hybr. (Bull. Soc. Études Sci. Angers 31 : 4, 1906).

Préambule : Les noms des hybrides ne sont pas provisoires dans cette publication. C’est donc bien là que se trouve sa première publication car Müller n’a jamais décrit cet hybride supposé (Rubus nitidus var. divaricatus × sulcatus).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_003_094 (figure 6).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. Sudre, × Rubus micranthelus P.J. Mül, R. divaricatus ß roseiflorus × sulcatus Sudre, forêt d’Ancenis, De l’Isle, pét. rosulés, Et. blanches < st. verd., Juillet, Stérile, Sudre. ».

Texte des autres étiquettes : Copie du texte publié dans Rubi eur. p. 20 (1908).

Remarques : Bien que ce taxon soit de P.J. Müller, il a été publié par Sudre. Il n’a donc pas été typifié en 2017 (typification des ronces de l’herbier Müller par Beek et al., 2017). Une seule mais bonne part d’herbier étant conservée dans l’herbier de Sudre, il me semble normal de la choisir comme lectotype.

« Rubus nitidus W. et N. var. angulibasis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus integribasis P.J. Müll. ex Boulay var. angulibasis Sudre (Bull. Soc. Études Sci. Angers 35 : 3, 1906).

Préambule : Le rang de variété permet de dire que ce nom n’est pas provisoire et donc valide (comme c’est le cas pour les variétés dans les diagnoses de 1906, contrairement aux espèces).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_004_013 (figure 7).

Synonyme : ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees var. angulibasis (Sudre) Sudre (Rubi eur. : 20, 1908).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. Sudre, Rubus integribasis Mul v. angulibasis Sud., Pét. rose clair, fil. blancs > st. verd., j.c. glabres, pollen peu mélangé, Vosges : St Dié, 12 juil. 1866, N. Boulay. ».

Texte des autres étiquettes : Copie du texte publié dans Rubi eur. p. 20 (1908).

Remarques : Bien que dans le protologue ce nom indique normalement une plante de l’herbier Müller, il semble qu’aucune typification n’ait été faite. C’est pour cela que je propose la planche présente dans l’herbier de Sudre et qui correspond parfaitement à la plante citée dans le protologue (aussi bien celui de 1906 que dans Rubi eur. de 1908). C’est la seule planche de cette ronce présente dans l’herbier Sudre (et provenant certainement de l’herbier Müller).

« Rubus nitidus W. et N. var. pseudosulcatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus nitidus Weihe & Nees var. pseudosulcatus Sudre (Batoth. Eur. 5 : 65, 1907).

Préambule : Dès le protologue, ce nom est donné au rang variétal.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_004_020 pro parte : primocanne (figure 8).

Texte de l’étiquette : « H. Sudre _ Batotheca Europaea _ Fasc. V. 1907, Sect. 1. _ suberecti P. J. Müll., N° 212, Rubus nitidus W. et N. subsp. integribasis P.J. Müll. var. pseudosulcatus Sud., France. _ Sarthe, Yvrè l’Evèque, près de l’étang de Bordebeurre. Pétales rosulés : étamines blanches dépassant les styles verdâtres, 6 et 8 1906, Coll. Henry. ».

Remarques : La planche de l’herbier de Sudre comporte deux dates sur son étiquette. J’ai décidé de considérer la feuille et sa primocanne comme lectotype car ce sont ces organes qui caractérisent le plus cette plante. Je désigne donc aussi un épitype pour compléter la typification de ce nom : l’inflorescence (fleurie) de cette planche.

Notons aussi que deux autres planches (une seule récolte) sont aussi des syntypes : BORD_SU_004_022 et BORD_SU_004_022_B.

Épitype (désigné ici) : BORD_SU_003_020 pro parte : inflorescence fleurie (figure 8).

« Rubus nitidus W. et N. var. hamulosiformis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus nitidus Weihe & Nees var. hamulosiformis Sudre (Rubi eur. : 20, 1908).

Préambule : C’est la seule publication connue de ce nom par Sudre.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_004_040_A et BORD_SU_004_040_B (figure 9).

Texte de l’étiquette : « H. Sudre Flora Gallica, Rubus nitidus W. N. var. hamulosiformis Sud, Sarthe, Le Mans, à l’Angevinière, Pét. rosulés, fil. Blancs > st. rosulés, c. glabres, recept. à peu près glabre, 16.06.1906, Leg. Coillot. ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_004_040_B) copie du protologue de Rubi eur., p. 20, 1908.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre.

« Rubus nitidus W. et N. var. caeresiensis (Sudre et Gravet) Sudre »

Nom à typifier : Rubus ammobius Focke f. montivagus Gravet ex Focke in Asch. & Graebn. (Syn. Mitteleur. Fl. 6 : 462, 1902).

Préambule : Il s’agit d’un nom nouveau pour Rubus ammobius f. montivagus Gravet ex Focke, non Rubus montivagus Gand., comme le montre le texte de l’étiquette. C’est donc ce nom remplacé qu’il faut typifier. Dans le protologue (Focke in Ascherson & Graebner), il est mentionné « die Form montivagus verbreitet in den Belgischen Ardennen (Gravet) », traduction : « La forme montivagus pousse dans les Ardennes belges (Gravet) ». Je pense qu’il faudra donc regarder dans l’herbier de Focke pour trouver le type de ce nom.

Synonyme : ≡ Rubus caeresiensis Sudre & Gravet in Sudre (Batoth. Eur. : 38, 1905), Rubus nitidus Weihe & Nees var. caeresiensis (Sudre & Gravet) Sudre (Rubi eur. : 20, 1908).

Remarques : Notons la présence dans l’herbier de Sudre de six planches (quatre récoltes) faisant partie du matériel original : BORD_SU_004_009, 004_009_B, 004_010, 004_011, 004_012_A et 004_012_B. Il sera donc possible de prendre dans ces récoltes une part pour typifier ce nom si l’herbier de Focke se trouvait démuni de cette plante. Je préconiserai une des planches 004_009 ou 004_012_A. Il faudra alors prendre certainement la primocanne comme lectotype et une inflorescence fleurie comme épitype (deux dates étant mentionnées sur l’étiquette).

« Rubus nitidus W. et N. var. subopacus Sudre »

Nom à typifier : Rubus nitidus Weihe & Nees var. subopacus Sudre ex Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 36 : 7, 1907).

Préambule : Cette ronce a été nommée par Sudre dans l’étude sur les ronces d’Anjou de Bouvet. Il semble que le rang infraspécifique corresponde bien à celui de la variété.

Synonyme : ≡ Rubus subopacus (Sudre ex Bouvet) Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 40 : 36, 1911) = Rubus opacus Focke f. minor (Set of British Rubi n° 106 : 23, 1894).

Remarques : Aucune planche de l’herbier de Sudre appartenant à ce taxon ne permet de lectotypifier ce nom (date postérieure à celle de la diagnose ou nom de l’étiquette ne correspondant pas). Le plus simple est certainement de retourner dans l’herbier de Bouvet pour y trouver une planche mieux appropriée. Nous pourrons toujours, si cette planche n’existe pas, revenir sur l’herbier de Sudre pour y trouver un néotype.

« Rubus nitidus W. et N. var. coalitispinus Sudre »

Nom typifié : Rubus affinis Focke subsp. coalitispinus Sudre ex Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 36 : 9, 1907).

Préambule : Ce basionyme a déjà été typifié par Van de Beek in Moret, Catalogue des types de ronces (Rubus) du Musée botanique cantonal vaudois (LAU) : 4, 1993.

Synonymes : ≡ R. coalitispinus (Sudre ex Bouvet) Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers, sér. 2, 40 : 36, 1911), ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees var. coalitispinus (Sudre ex Bouvet) Bouvet (Batoth. eur. 5 : 65, 1907).

Remarques : Deux autres planches de l’herbier de Sudre sont du matériel original (une seule récolte originellement épinglée ensemble, de Bouvet). Il s’agit des BORD_SU_004_037_A et BORD_SU_004_037_B.

« Rubus nitidus W. et N. var. latistipulatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus nitidus Weihe et Nees var. latistipulatus Sudre (Rubi eur. : 20, 1908).

Préambule : Le nom Rubus latistipulatus Sudre (Bull. Soc. Études Sci. Angers 35 : 4, 1906) est un nom provisoire et donc non valide. La publication de Rubi eur. valide ce nom. C’est lui qui est typifié.

Lectotype (désigné ici sur deux parts) : BORD_SU_004_032_A et BORD_SU_004_032_C (figure 10).

Synonymes : ≡ Rubus latistipulatus (Sudre) Prain (Index kew., suppl. 5 : 224, 1921), nom. illeg. non Rubus latistipulatus Schmidely (Ann. Cons. Jard. bot. Genève 15/16 : 113, 1911), ≡ Rubus latistipulatus Sudre (Bull. Soc. Études Sci. Angers 35 : 4, 1906), publ. nom. inval. (nom. prov.).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. Sudre, Rubus nitidus W. N., R. latistipulatus Sud., R. coriaceus Müll., inédit, nom prov., Alsace, 1866, Leg. Müller, Pét. roses, Et > st. verd., pollen pur au 5/6, récept. glabrescent ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_004_032_C) copie du protologue de Rubi eur., p. 20, 1908 et « Rub. latistipulatus Sud hSudre ».

Remarques : la planche BORD_SU_004_032_A (la seule à posséder une étiquette complète avec date et lieu de récolte) est accompagnée de deux autres planches qui sont de la même récolte. Elle est par ailleurs incomplète puisque la primocanne manque. C’est surtout pour cela que j’ajoute une seconde planche au lectotype. La troisième planche présente, BORD_SU_004_032_B, n’apporte rien de mieux au type.

« Rubus nitidus W. et N. microgene nitidiformis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus nitidus Weihe et Nees microgene nitidiformis Sudre (Batoth. Eur. 5 : 66, 1907).

Préambule : Ce nom, ou plutôt un nom à la même épithète : Rubus nitidiformis Sudre (Bull. Soc. Études Sci. Angers 35 : 3, 1906), a déjà été typifié par Edees & Newton (Brambles Brit. Isles, 30, 1988) sur la base des Diagnoses de Rubus nouveaux de 1906, p. 3, de Sudre, donc sur la base du spécimen d’Alsace (« Probablement aux environs de Wissembourg. »). Nous savons que dans cette publication les noms donnés (sauf pour les hybrides et les variétés) ne sont que provisoires et donc invalides. Cette typification n’aurait pas dû être faite sur de telles bases.

Je vais donc donner un type à Rubus nitidus Weihe & Nees microgene nitidiformis Sudre (Batoth. Eur. 5 : 66, 1907) sur la base des plantes provenant de la forêt de Retz et distribuées sous le n° 214 de Batotheca europaea, qui sont les seuls syntypes de ce nom et ont donc priorité sur tout autre matériel original, et notamment sur le matériel provenant d’Alsace (Wissembourg). Cette nouvelle typification a en outre l’avantage de respecter le sens donné par les botanistes britanniques, puisque la description de Edees & Newton (1988) correspond parfaitement à cette plante, et non à la plante d’Alsace pourvue de glandes dans l’inflorescence (et dont l’identité reste à ce jour incertaine).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_004_045_A (figure 11).

Synonymes : ≡ Rubus nitidiformis (Sudre) Prain (Index kew., suppl. 5 : 225, 1921), ≡ Rubus nitidus Weihe & Nees var. nitidiformis (Sudre) Sudre (C.R. Congr. Soc. Sav. 1911 (sci.) : 161, 1912).

Texte de l’étiquette : « H. SUDRE _ BATOTHECA EUROPAEA _ Fasc. V. 1907, Sect. 1 _ Suberecti_P. J.  Mül., N° 214 _ RUBUS NITIDUS W. et N. (voir étiq. du n°1). Sbsp. R. integribasis P. J. Müll. (voir étiq. du n°101). Microg. R. nitidiformis Sud. Diagn. Rub. nouv. p. 3. 1906., France _ Valois : Forêt de Villers-Cotterets, carrefours d’Orléans et de Retz, route du Faite., de 1856 à 1861, Coll. abbé Questier. ».

Texte des autres étiquettes : « Rubus carpinifolius nitidus W N, Valois : Carrefour de Retz, hSudre, Leg. Questier, 1860. ».

Remarques : Parmi les huit planches présentes dans l’herbier de Sudre, deux sont des syntypes (avec l’étiquette de la collection de Batotheca europaea). En plus du lectotype choisi, il y a aussi la BORD_SU_004_043_A. Trois autres planches sont aussi du matériel original : BORD_SU_004_043_B, 004_044 et 004_045_B.

J’ai choisi ce lectotype car, en plus de l’étiquette de Batoth. eur. 1907, il présente une étiquette manuscrite de Sudre avec une seule date, ce qui me permet de lectotypifier toute la planche.

 « Rubus indutiformis Sudre » pro hybr. 

Nom typifié ici : Rubus indutiformis Sudre, pro hybr. (Rubi eur. : 21, 1908).

Préambule : Le rang d’espèce est admis pour les noms d’hybrides proposés.

Lectotype (désigné ici sur deux parts) : BORD_SU_004_092_A et BORD_SU_004_092_B (figure 12).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. Sudre, 3273, × Rubus indutiformis Sud., R. indutus × martrini, Teillet, route d’Albi, au bout de la côte, Tarn, 14.7.1901, Sudre, Pét. roses, fil. blancs = st. roses, f. plissées, pollen à grains tous déformés, stérile. ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_004_092_B) copie du protologue de Rubi eur., p. 21, 1908 et « 3273 » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre.

« Rubus affinis W. et N. microgene variidens Sudre et Bouvet »

Nom typifié ici : Rubus affinis Weihe & Nees subsp. variidens Sudre & Bouvet in Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 36 : 8, 1907).

Préambule : C’est bien dans l’herbier Bouvet que se trouve la planche désignée dans le protologue : « C’est la plante que je (Sudre) considère comme type ». Une fois n’est pas coutume, et avec l’accord de David Mercier qui a redécouvert cette part, je typifierai ici une planche qui n’est pas de l’herbier de Sudre mais de l’herbier du Muséum des sciences naturelles d’Angers. C’est même l’holotype de ce nom.

Holotype (désigné ici) : ANG2007.1661 (figure 13).

Synonymes : ≡ Rubus variidens (Sudre & Bouvet) Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 40 : 37, 1911).

Texte de l’étiquette : « 27, HERBARIUM Georges BOUVET, Rubus affinis W. et N. ?, M. L., Angers, rive droite de l’étang St. Nicolas, au bord du chemin près la def ? de voirie, 25. jui 1901. ».

Texte des autres étiquettes : « 27, Voici la plante que je considère comme le type du R. variidens !, les autres, , rattachés d’abord à ce type, appartiennent au R. coalitispinus ou au platacanthus, hSudre. ».

« 27, Je vous propose de la considérer comme une espèce de 3e ordre., R. variidens Sud. et Bouv., 1903, hSudre. ».

Remarque : Parmi les quatre planches présentes dans l’herbier de Sudre, la BORD_SU_004_108 pourrait être un isotype et la 004_109 est un syntype.

« Rubus affinis W. et N. microgene serraticuspis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus affinis Weihe & Nees subsp. serraticuspis Sudre (Bull. Soc. Bot. France 52 : 340, 1905).

Préambule : Ce nom a été publié par Sudre in Gandoger (Bull. Acad. Int. Géogr. Bot. 15), de façon invalide, un mois et demi avant la publication de la révision des Rubus de l’Herbarium europaeum de Baenitz (in Bull. Soc. Bot. France 52 : 340, 1905). Cette publication est donc à oublier pour ce qui est de cette typification. Nous allons alors prendre la publication du Bull. Soc. Bot. France p. 340, 1905 comme protologue.

Holotype (désigné ici) : BORD_SU_004_111 (figure 14).

Synonymes : ≡ Rubus affinis Weihe & Nees microgene serraticuspis Sudre (Rubi eur. : 22, 1908) ≡ Rubus affinis Weihe & Nees taxon serraticuspis Sudre in Gand. (Bull. Acad. Int. Géogr. Bot. 15 : 128, 1905), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus serraticuspis (Sudre) Malinv. (Bull. Soc. Bot. France 52, app. : 118, 1906).

Texte de l’étiquette : « R. serraticuspis Sud., réc. velu, Dr. C. Baenitz, Herbarium europaeum N° 10355, Rubus canaliculataus P.J. M. (non ?), Flora Badeniae, Zinkenwald in Siegelan bei Waldkirch (Eltzhal), 10/7.97, Gneis, 450 m, Lég. A. Götz. ».

Texte des autres étiquettes : Copie du texte de Rubi eur. p. 22 (1908).

Remarques : Je pense que cette planche d’herbier peut être considérée comme l’holotype car Sudre, dans l’introduction de son article sur la révision des Rubus de l’Herbarium europaeum de M. Baenitz, indique : « …les rectifications que j’ai apportées aux numéros que je possède dans mon herbier… ». C’est donc bien dans son herbier qu’il a puisé les planches des descriptions. C’est aussi sa seule planche correspondant à ce taxon et à la centurie de Baenitz annoncée.

Figure 1a. Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 256, 1903), lectotype BORD_SU_001_06.
Figure 1b. Rubus nitidus Weihe & Nees subsp. laetevirens Sudre ex H. Marcailhou & A. Marcailhou (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 256, 1903), lectotype BORD_SU_001_06.
Figure 2a. Rubus plicatus Weihe & Nees var. acuminatus Sudre (Batoth. Eur. 3 : 38, 1905), lectotype BORD_SU_002_063.
Figure 2b. Rubus plicatus Weihe & Nees var. acuminatus Sudre (Batoth. Eur. 3 : 38, 1905), lectotype BORD_SU_002_063.
Figure 3a. Rubus plicatus Weihe & Nees var. glandulifer Sudre (Rubi eur. : 19, 1908), lectotype BORD_SU_002_108.
Figure 3b. Rubus plicatus Weihe & Nees var. glandulifer Sudre (Rubi eur. : 19, 1908), lectotype BORD_SU_002_108.
Figure 4a. Rubus valdebracteatus Sudre (Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 14 : 7, 1904), lectotype BORD_SU_003_091 et BORD_SU_003_091_B.
Figure 4b. Rubus valdebracteatus Sudre (Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 14 : 7, 1904), lectotype BORD_SU_003_091 et BORD_SU_003_091_B.
Figure 5a. Rubus nitidus Weihe & Nees microgene oblongifrons Sudre (Batoth. Eur. : 19, 1903), lectotype BORD_SU_003_073 pro parte : feuille ; épitype BORD_SU_003_073 pro parte : inflorescence.
Figure 5b. Rubus nitidus Weihe & Nees microgene oblongifrons Sudre (Batoth. Eur. : 19, 1903), lectotype BORD_SU_003_073 pro parte : feuille ; épitype BORD_SU_003_073 pro parte : inflorescence.
Figure 5c. Rubus nitidus Weihe & Nees microgene oblongifrons Sudre (Batoth. Eur. : 19, 1903), lectotype BORD_SU_003_073 pro parte : feuille ; épitype BORD_SU_003_073 pro parte : inflorescence.
Figure 6a. Rubus micranthelus P.J. Müll. ex Sudre, pro hybride (Bull. Soc. Études Sci. Angers 31 : 4, 1906), lectotype BORD_SU_003_094.
Figure 6b. Rubus micranthelus P.J. Müll. ex Sudre, pro hybride (Bull. Soc. Études Sci. Angers 31 : 4, 1906), lectotype BORD_SU_003_094.
Figure 7a. Rubus integribasis P.J. Müll. ex Boulay var. angulibasis Sudre (Bull. Soc. Études Sci. Angers 35 : 3, 1906), lectotype BORD_SU_004_013.
Figure 7b. Rubus integribasis P.J. Müll. ex Boulay var. angulibasis Sudre (Bull. Soc. Études Sci. Angers 35 : 3, 1906), lectotype BORD_SU_004_013.
Figure 8a. Rubus nitidus Weihe et Nees var. pseudosulcatus Sudre (Batoth. Eur. 5 : 65, 1907), lectotype BORD_SU_004_020 pro parte : primocanne et feuille caulinaire, épitype BORD_SU_004_020 pro parte : inflorescence fleurie.
Figure 8b. Rubus nitidus Weihe et Nees var. pseudosulcatus Sudre (Batoth. Eur. 5 : 65, 1907), lectotype BORD_SU_004_020 pro parte : primocanne et feuille caulinaire, épitype BORD_SU_004_020 pro parte : inflorescence fleurie.
Figure 8c. Rubus nitidus Weihe et Nees var. pseudosulcatus Sudre (Batoth. Eur. 5 : 65, 1907), lectotype BORD_SU_004_020 pro parte : primocanne et feuille caulinaire, épitype BORD_SU_004_020 pro parte : inflorescence fleurie.
Figure 9a. Rubus nitidus Weihe et Nees var. hamulosiformis Sudre (Rubi eur. : 20, 1908), lectotype BORD_SU_004_040_A et BORD_SU_004_040_B.
Figure 9b. Rubus nitidus Weihe et Nees var. hamulosiformis Sudre (Rubi eur. : 20, 1908), lectotype BORD_SU_004_040_A et BORD_SU_004_040_B.
Figure 10a. Rubus nitidus Weihe et Nees var. latistipulatus Sudre (Rubi eur. : 20, 1908), lectotype BORD_SU_004_032_A et BORD_SU_004_032_C.
Figure 10b. Rubus nitidus Weihe et Nees var. latistipulatus Sudre (Rubi eur. : 20, 1908), lectotype BORD_SU_004_032_A et BORD_SU_004_032_C.
Figure 11a. Rubus nitidus Weihe et Nees microgene nitidiformis Sudre (Batoth. Eur. 5 : 66, 1907), lectotype BORD_SU_004_045_A.
Figure 11b. Rubus nitidus Weihe et Nees microgene nitidiformis Sudre (Batoth. Eur. 5 : 66, 1907), lectotype BORD_SU_004_045_A.
Figure 12a. Rubus indutiformis Sudre, pro hybr. (Rubi eur. : 21, 1908), lectotype BORD_SU_004_092_A et BORD_SU_004_092_B.
Figure 12b. Rubus indutiformis Sudre, pro hybr. (Rubi eur. : 21, 1908), lectotype BORD_SU_004_092_A et BORD_SU_004_092_B.
Figure 13a. Rubus affinis Weihe & Nees subsp. variidens Sudre & Bouvet in Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 36 : 8, 1907), holotype 2007.1661.
Figure 13b. Rubus affinis Weihe & Nees subsp. variidens Sudre & Bouvet in Bouvet (Bull. Soc. Études Sci. Angers 36 : 8, 1907), holotype 2007.1661.
Figure 14a. Rubus affinis Weihe & Nees subsp. serraticuspis Sudre (Bull. Soc. Bot. France 52 : 340, 1905), holotype BORD_SU_004_111.
Figure 14b. Rubus affinis Weihe & Nees subsp. serraticuspis Sudre (Bull. Soc. Bot. France 52 : 340, 1905), holotype BORD_SU_004_111.

Bibliographie

Beek A. (van de), 1974. Die Brombeeren des Geldrischen Distriktes innerhalb der Flora der Niederlande. Mededeelingen van het Botanisch Museum en Herbarium van de Rijks Universiteit te Utrecht 415 : 1-195.

Beek A. (van de), 1997. Brombeeren aus den östlichen Niederlandenund angrenzenden Gebieten. Osnabrücker Naturwissenschaftliche Mitteilungen; Veröffentlichungen de Naturwissenschaftlichen Vereins Osnabrück 23 : 37-55.

Beek A. (van de) et al., 2017. The types of the taxa of the genus Rubus (Rosaceae L.) described by Philipp Jakob Müller. Gorteria 39 : 5-45.

Boulay N., 1873-1884. Association rubologique.

Bouvet G., 1907. Matériaux pour l’étude des ronces d’Anjou. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 36 : 1-108.

Bouvet G., 1911. Florule des Rubus de l’Anjou. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 40 : 11-63.

Camus E.G., 1888. Catalogue des plantes de France, de Suisse et de Belgique. Dupont, Lechevalier, Paris, 325 p.

Moret J.-L., 1993. Catalogue des types de ronces (Rubus) du Musée botanique cantonal vaudois (LAU). Candollea 48 : 383-415.

Prain D., 1921. Index Kewensis, supplément 5. Oxford University Press, London : 220-228.

Rouy G. & Camus E.G., 1900. Flore de France, ou Description des plantes qui croissent spontanément en France, en Corse et en Alsace-Lorraine, VI. Société des sciences naturelles de la Charente-Inférieure, Tours, 489 p.

Spribille F.J., 1897. Die bisher in der Provinz Posen beobachteten Rubi. Verhandlungen des Botanischen Vereins für die Provinz Brandenburg 34 : 43-61.

Sudre H., 1898-1903. Excursions batologiques dans les Pyrénées ou description et analyse des Rubus des Pyrénées françaises, fascicules 1-4. Imprimerie de l’Institut de bibliographie, Le Mans, 219 p.

Sudre H., 1903-1917. Batotheca europaea 1-15. Imprimerie Nougies, Albi, 153 p.

Sudre H., 1904. Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes. Imprimerie Veuve Francal et fils, Foix : 5-8.

Sudre H., 1905. Révision des Rubus de l’Herbarium europaeum de M. Baenitz. Bulletin de la Société botanique de France 52 : 315-347.

Sudre H., 1905. Genre Rubus. In M. Gandoger, Novus Conspectus Florae europae. Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 15 (187-188) : 127-136, 15 (191-192) : 221-236 et 15 (193-194) : 301-302.

Sudre H., 1906. Diagnoses de Rubus nouveaux. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 31 : 1-61.

Sudre H., 1908-1913. Rubi europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae. Librairie des sciences naturelle Léon Lhomme, Paris, 305 p.

Sudre H., 1909. Rubi Tarnenses, ou inventaire des ronces tarnaises. Comptes-rendus du Congrès des sociétés savantes de Paris 1908 : 178-235.

Watson W.C.R., 1935. The bramble Plates of Syme’s « English Botany ». Botanical Society and Exchange Club of the British Isles 10 : 325-330.

Weber H.E., 1985. Rubi Westfalici. Die Brombeeren Westfalens und des Raumes Osnabrück (Rubus L., Subgenus Rubus). Westfalen Museum für Naturunde, Landschaftsverband Westfalen-Lippe, Münster, 452 p.

Remerciements

Un grand merci à David Mercier pour tout le temps passé à me convaincre d’abord, puis à me guider dans ce travail, ainsi que pour tout son travail de référencement (bibliographique et nomenclatural) effectué en amont et pour ses relectures nombreuses et précieuses. Je remercie aussi le Jardin botanique de Bordeaux pour la mise à disposition de cet herbier et l’autorisation de publication des photos, ainsi que le Service commun de conservation du patrimoine (SCECCP) de l’université Paul-Sabatier (et tout particulièrement le Jardin botanique Henri-Gaussen) pour leur aide précieuse dans cette aventure. Merci à Valérie Martin-Rolland pour sa relecture.