Les noms des ronces (Rubus L., Rosaceae) publiés par Henri Sudre et présents dans son herbier de ronces : analyses et typifications éventuelles Partie 11.A - Subdivision Homalacanthi Dumort., Sect. 3 Discolores P.J. Müll., Subsection A Gypsocaulones P.J. Müll., espèce Rubus ulmifolius Schott

Title

The names of brambles (Rubus L., Rosaceae) published by Henri Sudre and present in his bramble herbarium: analyzes and possible typifications. Part 11.A, Homalacanthi Dumort. subdivision, Discolores P.J. Müll. section, Gypsocaulones P.J. Müll. subsection, Rubus ulmifolius Schott species.

Résumé

Je présente ici les analyses et les typifications éventuelles des noms publiés par Sudre pour la section Discolores P.J. Müll., la subsection Gypsocaulones P.J. Müll., l’espèce Rubus ulmifolius Schott.

Abstract

I present the analyzes and the possible typifications of the names published by Sudre for the Discolores P.J. Müll. section, Gypsocaulones P.J. Müll. subsection, Rubus ulmifolius Schott species.

Dans cette sous-section, un nombre très conséquent de noms a été publié pour correspondre à la diversité morphologique de l’espèce sexuée Rubus ulmifolius Schott. Nous savons aujourd’hui que cette espèce est diploïde, contrairement à la grande majorité des ronces décrites de ce sous-genre. Sa plasticité est telle qu’une multitude de noms, sous-espèces, microgènes, variétés ne désignant que ses formes ont été créés. Ils sont aujourd’hui presque tous à mettre en synonymie avec l’espèce Rubus ulmifolius Schott et ne présentent donc pas un grand intérêt dans l’étude des ronces.

De fait, dans la première partie de cet article consacré à l’espèce Rubus ulmifolius Schott (sous-partie A), nous allons analyser et éventuellement typifier les noms de ronces pouvant présenter une divergence suffisante avec R. ulmifolius pour être considérés comme des taxons indépendants, ou encore les ronces dont le nom est « intégralement » de Sudre. Les recombinaisons et autres noms de substitution ne seront ni cités ni typifiés ici. Pour tous les hybrides directs de cette espèce, au nombre de 39 (pages 74-46 de Rubi eur.), leur analyse et parfois leur typification seront dans un prochain article (partie11, sous-partie B).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. ceratacanthus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. ceratacanthus Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 70, 1909, que ce nom est publié pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_028_A et BORD_SU_024_028_B (figure 1).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus ceratacanthus Sudr, Env. de Toulouse, j. c. glabrescents, 8. 99, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_024_028_B) copie du protologue de Rubi eur., p. 70, 1909, et « ceratacanthus » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. amblybasis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. amblybasis Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 70, 1909, que ce nom est publié pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_034 et BORD_SU_024_035 (figure 2).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus amblybasis Sud., Env. de Toulouse, j. c. glabrescents, 7. 99, hSudre, 675 ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_024_035) copie du protologue de Rubi eur., p. 70, 1909, et « 675 » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec le protologue accolé.

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene melanocaulon Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene melanocaulon Sudre (Excurs. batol. 4 : 193, 1903).

Préambule : C’est dans Rub. pyr. in Bull. Ass. Fr. Bot. 4 (48), p. 293, 1901, que ce nom est publié pour la première fois. Il est alors provisoire. Il faut attendre 1903 dans Excurs. batol., 4, p. 193, pour valider ce nom.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_039_A et BORD_SU_024_039_B (figure 3).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene melanocaulon Sudre (Bull. Ass. Fr. Bot. 4 (48) : 293, 1901), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus melanocaulon (Sudre) Prain (Index Kew., suppl. 3 : 154, 1908).

Texte de l’étiquette : « 2450, Herbier H. SUDRE, Rubus ulmifolius Schott fme melanocaulon Sud., H. Gar., Luchon, vallée de la Pique, en amont de S. Mamet, pét. roses, fil. id. >, st. rouges, j. c. poilus, 8. 8. 1900., hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_024_039_B) copie de la publication de Rubi eur., p. 70, 1909, et « 2450, melanocaulon » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie de description accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott subsp. subtruncatus Sudre »

Nom à typifier : Rubus weiheanus Ripart ex Genev. (Mém. Soc. Acad. Maine Loire 24 : 253, 1869), nom. illeg., non Rubus weiheanus Köhler ex Weihe in Wimm. & Grab. (Fl. Siles. 2 (1) : 52, 1829).

Préambule : Ce nom de R. ulmifolius subsp. subtruncatus regroupe trois taxons antérieurement décrits, qui y sont considérés comme autant de variétés à l’intérieur de cette sous-espèce. Parmi ces trois taxons, deux étaient déjà connus au rang de sous-espèce avant la publication du protologue de R. ulmifolius subsp. subtruncatus en 1903. Il faut donc considérer que Sudre donne un nom superflu au plus ancien de ces deux taxons. En l’occurrence, il s’agit de Rubus ulmifolius Schott subsp. weiheanus (Ripart ex E.G. Camus) Boulay (Ass. Rubol. Révis. Rubi Discolores : 15, 1891). C’est dans les herbiers de Ripart ou de Genevier qu’il faudra donc chercher ce type.

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott subsp. subtruncatus Sudre (Excurs. batol. 4 : 193, 1903), nom superflu pour Rubus ulmifolius Schott subsp. weiheanus (Ripart ex E.G. Camus) Boulay (Ass. Rubol. Révis. Rubi Discolores : 15, 1891), ≡ Rubus pubescens Weihe ex Boenn. f. weiheanus Ripart ex E.G. Camus (Catal. Pl. Fr. : 83, 1888), comb. illeg., ≡ Rubus subtruncatus (Sudre) C.K. Schneid. (Just’s Bot. Jahresber. 37 (2) : 628, 1913).

Remarques : Il n’y a bien sûr aucune récolte de R. subtruncatus dans l’herbier de Sudre puisque ce nom n’est rattaché à aucune plante. Il y a par contre une récolte de R. weiheanus qui est du matériel original. Elle pourra le cas échéant être choisie comme lectotype si celui-ci n’est pas trouvable dans les herbiers des descripteurs. Il s’agit de BORD_SU_024_003.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. conoacanthus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. conoacanhus P.J. Müll. ex Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 70, 1909, que ce nom est validement publié pour la première fois. Il valide Rubus conoacanthos P.J. Müll. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_087_A et BORD_SU_024_087_B (figure 4).

Synonymes : ≡ Rubus conoacanthos P.J. Müll. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus ulmifolius Schott, (R. glaphyrus Rip. (Groupe)), R. subtruncatus Sud. R. conoacanthos Mül inédit !, H. Gar., Balma, pét. rose pâle, fil. roses à la base, st. à peine roses, Timbal-L. 190, hSudre, ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_024_087_B) copie du protologue de Rubi eur., p. 70, 1909, et « R. conoacanthos ! » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie de description accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. truncifactus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. truncifactus Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 70, 1909, que ce nom est validement publié pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_024_111 (figure 5).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus truncifactus Sud., aux Bigarras, près Castelnaudary, pét. rose pâle, fil. blancs >, st. rosés, Leg. Baillet, 7. 1861, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 70, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie de description accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. dispulsiflorus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. dispulsiflorus Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 70, 1909, que ce nom est validement publié pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_065 et BORD_SU_024_066 (figure 6).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus rusticanus Merc v. dispulsiflorus Sud., H. Gar : Laramette, pét. roses, fil. blancs, st. verts, j. c. glabres, Timbal, 174 ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_024_066) copie du protologue de Rubi eur., p. 70, 1909, et « 174 » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie de description accolé.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. anoplothyrsus Sudre »

Nom typifié : Rubus ulmifolius Schott var. anoplothyrsus Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Préambule : Ce nom a déjà été typifié par Monasterio-Huelin en 1993. La planche type est conservée au Jardin botanique royal de Madrid sous la référence MA 54298.

Remarques : Les trois planches de l’herbier de Sudre (provenant toutes de la localité type) sont des parts distribuées de la collection Batotheca europaea. Ce sont des syntypes : BORD_SU_024_082, 083 et 084.

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene argillaceus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus argillaceus Sudre (Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 9 : 6, 1899).

Préambule : C’est bien dans Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 9 : 6, 1899, que ce nom est validement publié pour la première fois (au rang spécifique).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_024_109 (figure 7).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott taxon argillaceus (Sudre) Sudre in Gand. (Bull. Acad. Int. Géogr. Bot. 15 : 132, 1905), ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene argillaceus (Sudre) Sudre (Rubi eur. : 70, 1909).

Texte de l’étiquette : « 129, Herbier H. SUDRE, Rubus argillaceus mihi, Albi, à la Mouline, tertres argileux, pét. rosés, fil. rosés >, st. verdâtres rose à la base, j. carp. poilus, Tarn, 4. Jl. 1894, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 9 : 6, 1899.

Étiquette de Batotheca europaea VII de 1909 n° 312.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott subsp. dilatatifolius Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott f. dilatatus Sudre (Bull. Soc. Bot. Fr. 46. : 89, 1899).

Préambule : C’est dans l’article « Révision des Rubus de l’herbier du Tarn de Martrin-Donos » in Bull. Soc. Bot. Fr. 46 : 89 de 1899 que le nom de Rubus ulmifolius Schott f. dilatatus Sudre est validement publié pour la première fois. Pour ce qui est de l’épithète dilatatifolius, donnée pour la première fois en 1903, il faut considérer que Sudre donne un nouveau nom à cette ronce. En effet, nous pouvons penser, d’après le protologue de ce nouveau nom (in Excurs. batol. 4 : 193, 1903), que Sudre décrit la même plante. Ce sont les mêmes critères de distinction qui caractérisent ces deux noms. Sudre a aussi pu être motivé par l’existence de Rubus dilatatus Boulay & Letendre (Assoc. rubol., Diagn. : 58, 1877), pour changer l’épithète de son nom publié en 1899 et en donner une forme dérivée de dilatatus (dilatatifolius). Enfin, l’abandon de l’épithète dilatatus, et la mise en synonymie de “R. dilatatus Sudre” avec “R. dilatatifolius Sudre”, dans les écrits publiés ultérieurement au protologue de R. ulmifolius subsp. dilatatifolius, viennent confirmer cette démarche de publication d’un nom nouveau par Sudre dans son écrit de 1903.

En indiquant aussi bien deux spécimens provenant de l’herbier de Martrin-Donos (p. 89 Bull. SBF 46 : discolor sensu M.-D. de St Urcisse, p. 94 Bull. SBF 46 : godronii sensu M.-D) que « Sudre in Herb. 1897 », et des caractères que Martrin-Donos n’indique nulle part (ni dans sa flore ni sur les spécimens), que sont les étamines blanches, les styles verdâtres et les carpelles glabres, nous pouvons donc typifier au choix dans les deux herbiers. Une préférence pouvant aller vers la part de Sudre qui indique les caractères supplémentaires et qui provient d’Albi (comme cité dans le protologue). Cette récolte présente en outre une copie du texte de Rubi eur. comme Sudre le fait pour tous les spécimens de son herbier qu’il a jugés lui-même comme étant de référence.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_102 et BORD_SU_024_103 (figure 51).

Synonymes : ≡ Rubus dilatatus (Sudre) Chass. (Bull. Soc. Bot. Fr. 60 : 17, 1914), ≡ Rubus ulmifolius Schott subsp. dilatatifolius Sudre (Excurs. batol. 4 : 193, 1903) ≡ Rubus ulmifolius Schott var. genuinus Sudre (Rubi eur. : 70, 1909), publ. nom. inval., ≡ Rubus dilatatifolius (Sudre) C.K. Schneid. (Just’s Bot. Jahresber. 37 (2) : 628, 1913).

Texte de l’étiquette : « 2, Herbier H. SUDRE, Rubus dalitatus mihi, R. dilatatiformis (1900), Albi à la Mouline, pét. rosés, fil. blancs > st. verdâtres, j. carp. glabres, pollen pur, 29 juil. 1894, Tarn, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la description de Rubi eur., p. 70, 1909, et « 2, R. dilatatifolius ».

Remarques : La récolte BORD_SU_024_094 aussi un syntype (récolté en 1894 mais au stade de fruits).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. recurvus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. recurvus Sudre (Excurs. batol. 4. : 193, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 193, 1903, que ce nom est validement publié pour la première fois. Aucune localité n’est citée.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_024_144 (figure 8).

Texte de l’étiquette : « 71, Herbier H. SUDRE, Rubus recurvus mihi, haies, entre S. Juéry et les Avalats, pét. blancs, fil. blancs ou rosés >, st. verdâtres, j. carp. poilus, 12 juil. 1894, Tarn, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la description de Rubi eur., p. 70, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie de description accolée. Elle provient du Tarn, mais est sans conteste la planche d’origine de ce nom.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. aggericolus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. aggericola Sudre (Excurs. batol. 4. : 193, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 193, 1903, que ce nom est validement publié pour la première fois. Aucune localité n’est citée.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_024_134_A et BORD_SU_024_134_B (figure 9).

Texte de l’étiquette : « 535, Herbier H. SUDRE, pollen pur, Rubus aggericola mihi, Albi, tertre à Bellevue, pét. roses, fil. rouges >, st. rouges, j. carp. poilus, 20 juin 1896, Tarn, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_024_134_B) copie de la description de Rubi eur., p. 70, 1909, et « 535, R. aggericola » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte dans l’herbier de Sudre avec une copie de description accolée. Elle provient du Tarn, mais est sans conteste la planche d’origine de ce nom.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. franchetii Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. franchetii Sudre (Rubi eur. : 71, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 71, 1909, que ce nom est validement publié pour la première fois. Sudre a d’abord considéré que la plante de Franchet analysée dans « les Rubus de l’herbier Boreau » de 1902 était une forme de Rubus contemptus Ripart ex Genev. (Mém. Soc. Acad. Maine Loire 24 : 245, 1869), avant de le décrire comme un taxon distinct (R. ulmifolius var. franchetii).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_024_129 (figure 10).

Texte de l’étiquette : « Rubus dilatatifolius Sud. v. franchetii Sud., Rubus contemptus (Rip.) Gen. !, Loire et Cher, cour Cheverny, forme très constante, pas de turion, non identique à celle du Cher, pollen parfait, Franchet ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la description présente dans « les Rubus de l’herbier Boreau » de 1902 p. 76 sous R. contemptus et copie de la publication de Rubi eur. p. 71 de 1909.

Remarques : C’est normalement dans l’herbier Sudre que nous devrions trouver le type. L’unique planche de l’herbier de Sudre est en très mauvais état (BORD_SU_024_129). En effet, il s’agit certainement de fragments récupérés sur un autre spécimen (provenant certainement de l’herbier Boreau). Ces fragments peuvent tout à fait être désignés comme lectotype, de mon point de vue. Pour mieux caractériser ce nom, il est possible d’associer la part d’herbier provenant de l’herbier Boreau qui a servi à l’analyse de 1902 et qui est conservée à l’herbier d’Angers. C’est ce que je fais en la désignant comme épitype.

Épitype (désigné ici) : MBAng.2015.0.000199 (figure 10).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. congeneratus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. congeneratus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre (Batoth. Eur. 4 : 154, 1906).

Préambule : C’est dans Bonplandia 9 : 309, 1861, que ce nom est publié pour la première fois, mais sans description attenante et donc comme nom. nud. Il faut attendre Batoth. Eur. 4 : 154, 1906, pour que ce nom soit validé.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_018 (figure 11).

Synonymes : ≡ Rubus congeneratus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 186), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus serriculatus Ripart ex Genev. var. congeneratus (P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre) Kinscher (Bot. Zeitung 2. Abt., 68 (3) : 28, 1910).

Texte de l’étiquette : Étiquette de Batoth. Eur. 4 : 154, 1906 n° 160.

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Batoth. Eur. 4 : 154, 1906 n° 160.

Copie de la description de Rubi eur., p. 70, 1909.

Remarques : Une seconde récolte est aussi un syntype de la collection Batotheca europaea (BORD_SU_025_017), et deux autres planches sont du matériel original (BORD_SU_025_019 et 020).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. tetragonophyllus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene tetragonophyllus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre (Excurs. batol. 4 : 193, 1903).

Préambule : C’est dans Bonplandia 9 : 309, 1861, que ce nom est publié pour la première fois, mais sans description attenante et donc comme nom. nud. Il faut attendre Excurs. batol. 4 : 193, 1903, pour que ce nom soit décrit.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_025_027 et BORD_SU_025_028 (figure 12).

Synonymes : ≡ Rubus tetragonophyllos P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 186), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. tetragonophyllus (P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre) Sudre (Rubi eur. : 71, 1909).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus tetragonophyllus M. et T., R. grandiflorens Timb. (???), Luchon, après la fne ferrugineuse de Castelviel vers le pont de Laprade, pét. rose pâle, fil. blancs, st. jaunes, j. carp. velus, Timbal ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_025_028) copie de la description de Rubi eur., p. 70, 1909.

Remarques : L’autre récolte présente dans l’herbier de Sudre est en trop mauvais état pour être typifiée. C’est aussi du matériel original (BORD_SU_025_029).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. albineus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. albineus Sudre ex Bouvet (Bull. Soc. Et. Sci. Angers 36 : 27, 1907).

Préambule : C’est bien dans Bull. Soc. Et. Sci. Angers 36 : 27, 1907, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_025 (figure 13).

Texte de l’étiquette : « Herbarium Georges BOUVET, Rubus ulmifolius Schott. f. de R. rusticanus Sud, M. et L., Montreuil Belfoi, 7 jt. 1889, pét. blancs, étam. blanches = st. verts, R. albineus (ajout manuscrit de Sudre) ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la description de Rubi eur., p. 70, 1909.

Remarques : L’autre récolte présente dans l’herbier de Sudre est en trop mauvais état pour être typifiée. C’est aussi du matériel original (BORD_SU_025_029).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. tiliifolius Sudre »

Nom à typifier : Rubus ulmifolius Schott var. tiliifolius Timb.-Lagr. ex Sudre (Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 76, 1902).

Préambule : C’est bien dans Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 76, 1902, que ce nom est publié validement pour la première fois (= tiliaefolius). Il faudra donc regarder dans l’herbier Boreau pour trouver une planche susceptible d’être lectotypifiée. Si une telle planche n’existe pas, il sera possible de prendre une part de l’herbier de Sudre comme lectotype (en admettant que les planches de Timbal-Lagrave correspondant au protologue soient du matériel original).

Remarques : Les quatre récoltes présentes dans l’herbier de Sudre ne sont pas du matériel original (BORD_SU_025_021, 022, 023 et 024), mais pourraient servir de néotype en cas de disparition du lectotype de l’herbier Boreau. Il s’agit très certainement du même taxon.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. parviserratus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene parviserratus Sudre (Excurs. batol. 4 : 193, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 193, 1903, que ce nom est publié pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_030 (figure 14).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott var. parviserratus (Sudre) Sudre (Rubi eur. : 71, 1909).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus rusticanus Merc. v. parviserratus Sud., R. microphyllus Timb. (inédit), H. Gar., Luchon, canal de la cascade de Juzet, pét. roses, fil. blancs, st. roses, j. c. poilus, Timbal 222, 24. 8. 1861, hSudre ».

Remarques : L’autre récolte présente dans l’herbier de Sudre (deux parts) est aussi du matériel original (BORD_SU_025_031 et 032).

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene cruentiflorus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus cruentiflorus Sudre (Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 12 : 9, 1902).

Préambule : C’est bien dans Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 12 : 9, 1902, que ce nom est publié pour la première fois (au rang spécifique).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_035 (figure 15).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene cruentiflorus (Sudre) Sudre (Batoth. Eur. 1 : 6, 1903).

Texte de l’étiquette : « 1208, Herbier H. SUDRE, Rubus cruentiflorus mihi, Vallon de la Sarrade, à Bellegarde, pét. roses, fil. rouges ≥, st. rouges, j. c. glabrescents, pollen pur, 10. juil. 1898, Tarn, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 12 : 9, 1902.

Remarques : Les quatre autres récoltes présentes dans l’herbier de Sudre (trois récoltes) sont aussi du matériel original (BORD_SU_025_033, 034, 036 et 037).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. crassulus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. crassulus Sudre (Rubi eur. : 71, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 71, 1909, que ce nom est publié pour la première fois et non dans Rub. tarn. in C. R. Cong. Soc. Sav., 1908, p. 195, 1909, qui est paru une vingtaine de jours plus tard.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_038 (figure 16).

Texte de l’étiquette : « Diffère du R. glaphyrus Rip. p. aiguillons espacés non crochus, plus espacés ; fol. caul. terminales moins long. pétiolées , Herbier H. SUDRE, Rubus crassulus mihi, Albi, côteaux de Lavasière à Puygouzon, pét. roses, fil. id., st. rouges, j. carp. poilus, 16 juil. 1894, Tarn, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 71, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott subsp. insignitus Sudre »

Nom à typifier : Rubus insignitus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Boulay (Ass. rubol., Diagn. : 19, 1874).

Préambule : Sudre ne fait qu’une recombinaison du basionyme publié par Boulay. L’épithète a été donnée pour la première fois par Müller et Timbal-Lagrave.

Synonymes : ≡ Rubus insignitus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus ulmifolius Schott subsp. insignitus (Timb.-Lagr. & P.J. Müll. ex Boulay) Boulay (Ass. rubol., Révis. Rubi Discolores : 14, 1891), ≡ Rubus ulmifolius Schott proles insignitus (Timb.-Lagr. & P.J. Müll. ex Boulay) Boulay (Fl. Fr., 6 : 62, 1900), ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene insignitus (Timb.-Lagr. & P.J. Müll. ex Boulay) Sudre (Excurs. batol. 4 : 194, 1903).

Remarques : De nombreuses parts provenant de Timbal-Lagrave sont conservées dans l’herbier de Sudre. Aucune n’est cependant issue (aucune étiquette présente) de la collection de l’Association rubologique. De telles planches existent et pourraient être des types comme par exemple MNHN-P-P06794099 du Muséum de Paris.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. dispalatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott subsp. dispalatus Sudre (Excurs. batol. 4 : 194, 1903).

Préambule : C’est dans Rub. Pyr. in Bull. Assoc. Franç. Bot. 1 (12) : 71, 1898, que ce nom est publié pour la première fois ; il est alors provisoire. Il faut attendre Excurs. batol. 4 : 194, 1903, pour valider ce nom en tant que sous-espèce.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_082 (figure 17).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene dispalatus Sudre (Bull. Assoc. Franç. Bot. 1 (12) : 79, 1898), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. dispalatus (Sudre) Sudre (Batoth. Eur. 4 : 54, 1906), ≡ Rubus dispalatus (Sudre) Prain (Index Kew., suppl. 5 : 222, 1921).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus ulmifolius Schott : fa R. dispalatus mihi, Cauterets, vers le mamelon vert (AC), pét. roses, fil. blancs ≥, st. verdâtres, j. carp. poilus, H. Pyrénées, 13 août 1897, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la publication de Rubi eur., p. 71, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre à faire partie du matériel original.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. belonacanthus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. belonacanthus P.J. Müll. ex Sudre (Excurs. batol 4 : 194, 1903).

Préambule : C’est dans Bonplandia, p. 309 de 1861, que cette épithète est publiée pour la première fois. L’espèce est alors sans description (nom. nud.) et sans localité. Il faut attendre Excurs. batol. 4 : 194, 1903, pour valider ce nom au rang variétal. C’est bien plus probablement sur du matériel des Pyrénées qu’il faut typifier ce nom.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_103 (figure 18).

Synonymes : ≡ Rubus belonacanthos P.J. Müll. (Bonplandia : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus dispalatus Sud. v. belonacanthus Sud, Env. de Luchon, (Pyr.), 8. 1900, hSudre ».

Remarques : L’autre récolte présente dans l’herbier de Sudre fait aussi partie du matériel original (BORD_SU_025_102). Elle provient de Lebel (Manche) et date de 1859. Elle correspond certainement à l’idée de Müller lors de la première publication de cette épithète, mais celle des Pyrénées correspond certainement plus à l’idée que Sudre (auteur de la diagnose originelle) se faisait de ce nom. C’est pour cela que j’ai privilégié la récolte des Pyrénées.

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene rusticus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene rusticus Sudre (Excurs. batol. 4 : 193, 1903).

Préambule : C’est dans Rub. pyr. in Bull. Assoc. Franç. Bot. 1 (12) : 79 en 1898 que cette épithète est publiée pour la première fois ; ce nom est alors provisoire. Il faut attendre Rub. pyr. in Excurs. batol. 4 : 194, 1903, pour valider ce nom au rang de microgène, et non dans Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 259, 1903, où se trouve publié Rubus ulmifolius Schott proles rusticus (Sudre) H. Marcailhou & A. Marcailhou. Cette publication est parue, en effet, 27 jours après celle de Rub. pyr. in Excurs. batol. 4 : 193, 1903.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_025_132 (figure 19).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene rusticus Sudre (Bull. Assoc. Franç. Bot. 1 (12) : 79, 1898), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus ulmifolius Schott proles rusticus (Sudre) H. Marcailhou & A. Marcailhou (Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 259, 1903), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. rusticus (Sudre) Schmidely (Ann. Cons. Jard. bot. Genève 15-16 : 16, 1911), ≡ Rubus rusticus (Sudre) Prain (Index Kew. suppl. 5 : 226, 1921), ≡ Rubus ulmifolius Schott subsp. rusticus (Sudre) Touss. & Gust. (Bull. Soc. Amis Sci. Nat. Rouen 66-67 : 167, 1932).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus ulmifolius Schott fa rusticus mihi, Cauterets, à Pauze nouveau, pét. rosulés ou blancs, fil. blancs, st. verd., carp. poilus, H. Pyrénées, août 1897, hSudre ».

Remarques : Quatre autres récoltes de l’herbier de Sudre sont aussi du matériel original (provenant du Tarn) : (BORD_SU_025_123, 124, 127 et 128).

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene contractifolius Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene contractifolius Sudre (Excurs. batol. 4 : 194, 1903).

Préambule : C’est dans Rub. pyr. in Excurs. batol. 4 : 194, 1903, que ce nom est publié pour la première fois (au rang de microgène). C’est donc sur des planches provenant des Pyrénées qu’il faudra typifier. Il n’y a en effet aucune mention de lieu dans cette description.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_026_001 (figure 20).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott var. contractifolius (Sudre) Schmidely (Ann. Cons. Jard. bot. Genève 15-16 : 17, 1911), ≡ Rubus ulmifolius Schott subsp. contractifolius (Sudre) Ormezzano & Château (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 19 : 298, 1906), ≡ Rubus contractifolius (Sudre) C.K. Schneid. (Just’s Bot. Jahresber. 37 (2) : 627, 1913).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus contractifolius, Env. de Luchon, j. c. velus, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du la publication de Rubi eur., p. 71, 1909.

Remarques : Il n’a pas été facile de choisir le type dans l’herbier de Sudre. Les quelques parts ayant une date antérieure à celle de la description originale proviennent du Tarn et non des Pyrénées. Il n’est cependant nullement fait mention de ces localités potentielles. Les parts des Pyrénées ne sont pas datées. Avec l’expérience de cet herbier, il est pourtant certain qu’elles proviennent de Timbal-Lagrave. Elles sont donc antérieures aussi à la publication originale. Le lectotype choisi est la seule part où Sudre a accolé une copie de description. C’est pour cela qu’il a été choisi.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. pubifolius Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. pubifolius Sudre (Rubi eur. : 72, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 72, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète avait déjà été publiée par Müller in Bonplandia 9 : 309 en 1861, mais ce nom n’était pas décrit (nom. nud.).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_026_124 (figure 21).

Synonymes : ≡ Rubus pubifolius P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus anisodon Sud. v. pubifolius Sud., R. weiheanus Gen. p.p., Cher, Rhin du bois, pollen pur, 7. 1896, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 72, 1909.

Remarques : C’est la seule part présente dans l’herbier Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. longipetiolulatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. longipetiolulatus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre (Rubi eur. : 72, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 72, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois. C’est un nom donné par Müller mais inédit auparavant.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_026_134 et BORD_SU_026_132 (figure 22).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus anisodon Sud. longipetiolulatus, R. longipetiolulatus Mül. inédit, Toulouse, chemin de Pouvourville, traversant les côteaux de Pech David, pét roses, fil. blancs, st. ?, j. c. poilus, Timbal 394, 1863, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_026_132) copie du protologue de Rubi eur., p. 72, 1909, et « 394 » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte faisant partie du matériel original présente dans l’herbier Sudre ayant une copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. drepanacanthus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. drepanacanthus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre (Rubi eur. : 72, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 72, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète avait déjà été publiée par Müller in Bonplandia 9 : 309 en 1861 (drepanacanthos), mais ce nom n’était pas décrit (nom. nud.).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_026_165 (figure 23).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus drepanacanthos M. et T. !, , R. ligatianus Timb. inédit (pr. m. p.), Env. de Luchon (H. Gar.), grands aiguillons falqués remarquables, aig. pét. nombreux, robustes, en faux, st. jaunes, j. c. velus, axe à villosité lâche, Timbal, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 72, 1909.

Remarques : C’est la seule part faisant partie de l’herbier Sudre. Elle n’est pas très complète, mais a le mérite d’exister.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. polyanchus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. polyanchus Sudre (Rubi eur. : 72, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 72, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_027_058 (figure 24).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus angustifactus Sud. v. polyanchus Env. de Toulouse, pét. roses, fil. blancs, st. roses, j. c. velus, 7. 1899, hSudre, 314 ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 72, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte faisant partie de l’herbier Sudre ayant la copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. aspericalyx Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. aspericalyx Sudre (Rubi eur. : 72, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 72, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_027_059 (figure 25).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus angustifactus Sud. v. aspericalyx (R. martrinsi Timb. inédit), Env. de Toulouse, pét. roses, fil. id., st. roses, j. c. poilus, Cal. Aculéolé, Agde, pierres volcaniques, hSudre, Timbal, 340 ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 72, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte faisant partie de l’herbier Sudre ayant la copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. acuminatifrons Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. acuminatifrons Sudre (Rubi eur. : 72, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 72, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_027_061 (figure 26).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus acuminatifrons Sud., Marne, bois, à Chenay, pét. rose vif, fil., st. rouges, j. c. glabrescents, Levent s. n. R. discolore, fol. lanc., 50, 20 juil. 1863. ».

Remarques : Deux autres planches font partie du matériel original (BORD_SU_027_062 et 063).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. geminatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. geminatus P.J. Müll. & Timbal.-Lagr. ex Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Préambule : C’est bien dans Rub. Pyr. in Excurs. batol. 4 : 195, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_027_055 (figure 27).

Synonyme : ≡ Rubus geminatus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus angustifactus Sud. v. geminatus (R. geminatus Mül. T. !), Env. de Toulouse, pét. rosés devt blancs, fil. blancs., st. jaunes, j. c. velus, H. Gar. Dorilla, Timbal, 16 ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 72, 1909.

Remarques : C’est la seule part faisant partie de l’herbier Sudre et ayant la copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene albidiflorus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene albidiflorus Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Préambule : C’est bien dans Rub. Pyr. in Excurs. batol. 4 : 195, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_027_078 (figure 28).

Synonyme : ≡ Rubus ulmifolius Schott subsp. albidiflorus (Sudre) Ormezzano & Château (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 19 : 298, 1906), ≡ Rubus ulmifolius Schott. var. albidiflorus (Sudre) Bouvet (Bull. Soc. Et. Sci. Angers 41 : 12, 1912), ≡ Rubus albidiflorus (Sudre) Château (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 27 : 140, 1914).

Texte de l’étiquette : « 2277, Herbier H. SUDRE, Rubus albidiflorus Sudre, Bordères (H. Pyr.), fl. blanches, août 99, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la publication de Rubi eur., p. 72, 1909.

Remarques : C’est la seule part faisant partie de l’herbier Sudre et ayant la copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott subsp. vulgatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott subsp. vulgatus Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Préambule : C’est bien dans Rub. Pyr. in Excurs. batol. 4 : 195, 1903 que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_028_009 (figure 29).

Synonyme : ≡ Rubus vulgatus (Sudre) Kinscher (Bot. Zeitung, 2. Abt. 68 (3) : 28, 1910), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. vulgatus (Sudre) Schmidely (Ann. Cons. Jard. bot. Genève 15-16 : 16, 1911).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus vulgatus Sudre, Luchon, 8. 1900, hSudre ».

Remarques : De nombreuses parts sont du matériel original supplémentaire.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. apiculifer Sudre »

Nom à typifier : Rubus apiculifer P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Boulay (Ass. rubol., Diagn. : 14, 1877).

Préambule : C’est bien dans Ass. rubol., Diagn., p. 14, 1877, que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète avait déjà été publiée par Müller in Bonplandia 9 : 309 en 1861 (apiculiferus), mais ce nom n’était pas décrit (nom. nud.). Le mieux sera de typifier ce nom sur une part de la collection de l’Ass. rubol. n° 81.

Synonyme : ≡ Rubus apiculiferus P.J. Müll. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. apiculifer (P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Boulay) Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Remarques : Il n’y a pas de part de l’Ass. rubol. n° 81 dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. expallescens Sudre »

Nom à typifier : Rubus expallescens Timb.-Lagr. ex Boulay (Ass. rubol., Diagn. : 16, 1877).

Préambule : C’est bien dans Ass. rubol., Diagn., p. 14, 1877, que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète avait déjà été publiée par Müller in Bonplandia 9 : 309 en 1861, mais ce nom n’était pas décrit (nom. nud.). Le mieux sera de typifier ce nom sur une part de la collection de l’Ass. rubol. n° 161.

Synonyme : ≡ Rubus expallescens P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. expallescens P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre (Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 76, 1902), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡  Rubus ulmifolius Schott var. expallescens (Timb.-Lagr. ex Boulay) Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Remarques : Il n’y a pas de part de l’Ass. rubol. n° 161 dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. mucronifolius Sudre »

Nom à typifier : Rubus ulmifolius Schott var. mucronifolius P.J. Müll. ex Sudre (Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 77, 1902).

Préambule : C’est bien dans Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 77, 1902 (Les Rubus de l’herbier Boreau) que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète avait déjà été publiée par Müller in Bonplandia 9 : 309 en 1861, mais ce nom n’était pas décrit (nom. nud.). Ce nom est donc à typifier sur un spécimen de l’herbier Boreau.

Synonyme : ≡ Rubus mucronifolius P.J. Müll. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus vulgatus (Sudre) Kinscher var. mucronifolius (Sudre) Kinscher (Bot. Zeitung, 2. Abt. 68 (3) : 28, 1910).

Remarques : Deux planches de la même récolte pourraient servir de néotype en cas de disparition du matériel de l’herbier Boreau conservé à Angers :  BORD_SU_028_087 et BORD_SU_028_088.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. apiculatifolius Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. apiculatifolius Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 195, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_028_095 et BORD_SU_028_094 (figure 30).

Texte de l’étiquette : « 114, Herbier H. SUDRE, Rubus vulgatus Sud. v. apiculatifolius, Env. de Toulouse, j. carp. velus, 7. 1899, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_028_094) copie de la publication de Rubi eur., p. 73, 1909.

« Rubus vulgatus Sud. v. apiculatifolius » et « apiculatifolius 114 » manuscrit de Sudre.

Remarques : La planche BORD_SU_028_093 est aussi du matériel original.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. subemarginatus Sudre »

Nom à typifier : Rubus subemarginatus P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Boulay (Ass. rubol., Diagn. : 15, 1877).

Préambule : C’est bien dans Ass. rubol., Diagn., p. 15, 1877, que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète avait déjà été publiée par Müller in Bonplandia 9 : 309 en 1861, mais ce nom n’était pas décrit (nom. nud.). Le mieux sera de typifier ce nom sur une part de la collection de l’Ass. rubol. n° 12.

Synonyme : ≡ Rubus emarginatus P.J. Müll. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. subemarginatus (P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Boulay) Sudre (Rubi eur. : 73, 1909), ≡  Rubus vulgatus (Sudre) C.K. Schneid. var. subemarginatus (P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Boulay) Chass. (Bull. Soc. Bot. Fr. 60, sess. extr. : 17, 1914).

Remarques : Il n’y a pas de part de l’Ass. rubol. n° 12 dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. parvidens Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. parvidens Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 195, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_028_112 (figure 31).

Texte de l’étiquette : « 114, Herbier H. SUDRE, Rubus vulgatus Sud. v. parvidens, Env. de Toulouse, j. c. velus, 7. 1899, hSudre ».

Remarques : Les planches BORD_SU_028_110 et 111 sont aussi du matériel original.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. ischnoacanthus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. ischnoacanthus Sudre (Excurs. batol. 4 : 195, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 195, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_027_103 (figure 32).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus cuneatus D. M. v. ischnoacanthus, Luchon, j. c. glabres, 8. 00, hSudre ».

Remarques : D’autres planches sont aussi du matériel original provenant d’autres localités que les Pyrénées (Toulouse ou Marne par exemple).

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene cuneatiformis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene cuneatiformis Sudre (Rubi eur. : 73, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 73, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois, et non dans Rub. tarn. in C. R. Cong. Soc. Sav., 1908, p. 195 de 1909, qui est paru une vingtaine de jours plus tard.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_027_112 et BORD_SU_027_113 (figure 33).

Synonyme : ≡ Rubus cuneatiformis (Sudre) Prain (Index Kew. suppl. 5 : 221, 1921).

Texte de l’étiquette : « Pollen pur, 724, Herbier H. SUDRE, Rubus cuneatiformis mihi, bois entre Foncouverte et Fabas, pét. blancs, fil. id. =, st. verdâtres, j. carp. un peu poilus, 19. Juil. 1896, Tarn, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_027_113) copie du protologue de Rubi eur., p. 73, 1909, et « 724 » manuscrit de Sudre.

Remarques : Les deux autres planches sont aussi du matériel original : BORD_SU_027_114 et 115.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. subcuneatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. subcuneatus Sudre (Rubi eur. : 73, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 73, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_062 primocanne (figure 34).

Texte de l’étiquette : Étiquette de Batotheca europaea VII, 1909, n° 323 : « …France _ Tarn : Carmaux, chemin du bois de Vendeilles, Pétales roses, étamines roses, styles carnés. 5. 7. Et 25. 8. 1908. Coll. H. Sudre »

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 73, 1909.

Remarques : Les deux dates sur l’étiquette obligent de devoir choisir une partie seulement de la planche comme lectotype. C’est la primocanne que j’ai choisie. La floricanne (infrutescence) est désignée ici comme épitype.

Épitype (désigné ici) : BORD_SU_029_062 floricanne (figure 34).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. arguticuspis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. arguticuspis Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 196, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_061 et BORD_SU_029_060 (figure 35).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus heteromorphus Rip. v. arguticuspis, Env. de Luchon (H. Gar.), 8. 1900, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_029_060) copie de la publication de Rubi eur., p. 73, 1909, et « R. arguticuspis Sud » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. truncatus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. truncatus Sudre (Rubi eur. : 73, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 73, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois. Ce nom a été utilisé auparavant dans la Flore raisonnée du Brionnais in Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 19 : 298 en 1906. Il n’y a cependant aucune description attenante ni référente (nom. nud.).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_056 (figure 36).

Synonyme : ≡ Rubus ulmifolius Schott var. truncatus Sudre ex Ormezzano & Château (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun 19 : 298, 1906), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Texte de l’étiquette : « 423, pollen peu mélangé (les ¾ d. norm.), Herbier H. SUDRE, Rubus truncatus mihi, St-Benoit-de-Carmaux, à Rieyssés, pét. roses, fil. rouges, st. rouges à la base, j. carp. poilus, Tarn, 19 juil. 1895, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 73, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte du matériel original présent dans l’herbier de Sudre ayant la copie du protologue accolée.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. latiflorens Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. latiflorens Sudre (Rubi eur. : 73, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 73, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_069 et BORD_SU_029_070 (figure 37).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus heteromorphus Rip. v. latiflorens Sud, Env. de Toulouse, 7. 1899, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 73, 1909.

(sur BORD_SU_029_070) « 773 » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte du matériel original présent dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. acridens Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. acridens Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 196, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_066 (figure 38).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus acridens Sud, H. Gar. : Vallée de la Pique, j ? c. velus, 9. 00, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : « = n° 680 Ass Rub, s. n. R ; floccosus B et Meh p.p. non 17 » manuscrit de Sudre.

Remarques : La planche BORD_SU_029_067 est peut-être de la même récolte, mais rien ne le signale clairement.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. nouletianus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. nouletianus Timb.-Lagr. ex Sudre (Rubi eur. : 74, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 74, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_076 et BORD_SU_029_077 (figure 39).

Synonyme : ≡ Rubus nouletianus (Timb.-Lagr. ex Sudre) Prain (Index Kew. suppl. 5 : 225, 1921).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus heteromorphus Rip. v. nouletianus Sud, R. nouletianus Timb. (inédit), Toulouse, chemin de la Sépière, pét. rose, fil. blancs, st. verd., Pollen pur !, Leg. Timbal, 30. 6. 1862 ».

« 244 » manuscrit au crayon bleu de Sudre.

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_029_077) copie du protologue de Rubi eur., p. 74, 1909, et « 244 » manuscrit de Sudre au crayon bleu.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. villosispinus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. villosispinus Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 196, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_097 (figure 40).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus villosispinus Sud, R. legatianus Timb. (inédit) (p. non p.), Env. de Luchon (Timbal), pét. rose vif, Et. teintés ?, pist. rose-purpurées (Mull.), j. c. glabres, pollen parfait, (grande confusion dans la feuille du R. legatianus de Timbal) ».

« 244 » manuscrit au crayon bleu de Sudre.

Texte des autres étiquettes : Copie de la publication de Rubi eur., p. 74, 1909.

Remarques : L’étiquette du lectotype ne laisse pas trop de doute sur la participation de cette planche à la description originelle de ce nom. Elle est cependant un peu incomplète (manque la primocanne). Je propose de désigner un épitype sur la récolte suivante qui est aussi du matériel original.

Épitype (désigné ici) : BORD_SU_029_098 (figure 40).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. irregularidens Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. irregularidens Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 196, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_095 et BORD_SU_029_096 (figure 41).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus irregularidens Sud, H. Gar. : Bourrasol, pét. roses, j. c. glabrescents, pollen pur, 7. 99., hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_029_096) copie de la publication de Rubi eur., p. 74, 1909, et « Bourrasol » manuscrit de Sudre.

Remarques : Il n’y a pas de matériel original dans l’herbier de Sudre provenant des Pyrénées. Cette récolte ayant la copie de Rubi eur. accolée a été choisie comme lectotype.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. peracutispinus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene peracutispinus Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 196, 1903, que ce nom est publié validement pour la première fois (au rang de microgène).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_046 (figure 42).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott var. peracutispinus (Sudre) Sudre (Rubi eur. : 74, 1909), ≡ Rubus peracutispinus (Sudre) Prain (Index Kew. suppl. 5 : 225, 1921).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus peracutispinus Sud, Luchon (H. gar.), pét. roses, fil. r, st. rouges j. c. glabres, 8. 1900., hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la publication de Rubi eur., p. 74, 1909.

« D’autres ex. ont feuilles à base subcordée » manuscrit de Sudre.

Remarques : Deux autres récoltes (trois planches) sont aussi du matériel original : BORD_SU_029_038, 039 et 048.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. minutiserratus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. minutiserratus Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est bien dans Excurs. batol. 4 : 196, 1903 que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_037 (figure 43).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus minutiserratus Sud, H. gar. : Vallée de la Pique, j. c. velus, 8. 1900., hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la publication de Rubi eur., p. 74, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte présente dans l’herbier de Sudre.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. subdolus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus subdolus Sudre, pro hybr. (Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 7 : 6, 1897).

Préambule : C’est bien dans Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 7 : 6, 1897, que ce nom est publié validement pour la première fois en tant qu’hybride.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_034 et BORD_SU_029_035 (figure 44).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene subdolus (Sudre) Sudre (Bull. Assoc. Franç. Bot. 3 (26) : 39, 1900), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus ulmifolius Schott proles subdolus (Sudre) Sudre (Soc. Hist. Nat. Autun 15 : 259, 1903), ≡ Rubus ulmifolius Schott var. subdolus (Sudre) Sudre (Rubi eur. : 74, 1909), ≡ Rubus subdolus (Sudre) Prain (Index Kew. suppl. 5 : 228, 1921).

Texte de l’étiquette : « Le pollen paraît pur, Herbier H. SUDRE, Rubus subdolus mihi Bul. Ass. Pyr. 1897, St -Benoit-de-Carmaux, Côte de l’atelier des mines, pét. roses petits chiffonnés, fil. blancs ≤, st. verdâtres un peu rouges à la base, j. carp. poilus, Tarn, 17 juil. 1897, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Bull. Ass. Pyr. Ech. Plantes 7 : 6, 1897.

(sur BORD_SU_029_035) copie de la publication de Rubi eur., p. 74, 1909, et « R. subdolus » manuscrit de Sudre.

Remarques : La planche BORD_SU_029_036 est aussi du matériel original (sans autres étiquettes accolées).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. medianus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. medianus Sudre (Rubi eur. : 74, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 74, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_019 et BORD_SU_029_018 (figure 45).

Texte de l’étiquette : « qqs. grains déformés (peu), 630, Herbier H. SUDRE, Rubus medianus mihi, Albi, bas de la côte de Monplaisir, pét. rosés, fil. roses >, st. verdâtres, j. c. glabres, Tarn, 30 juin 1896, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_029_018) copie du protologue de Rubi eur., p. 74, 1909.

Remarques : La récolte BORD_SU_029_014 et 015 est aussi du matériel original.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. cognobilis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. cognobilis P.J. Müll. & Timb.-Lagr. ex Sudre (Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 77, 1902).

Préambule : C’est bien dans « Les Rubus de l’herbier BOREAU » in Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 77, 1902, que ce nom est publié validement pour la première fois. Cette épithète a été publiée auparavant, par Müller : Rubus cognobilis P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 1861). Il n’y a alors aucune description. Il s’agit d’un nom. nud.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_013 et BORD_SU_029_012 (figure 46).

Synonyme : ≡ Rubus cognobilis P.J. Müll. & Timb.-Lagr. (Bonplandia 9 : 309, 1861), publ. nom. inval. (nom. nud.).

Texte de l’étiquette : « R. cognobilis P.J Mul. et Timb., Toulouse. Bords de la Garonne à Ménéric, Timbal, juil. 1861, Axe très hérissé, rameau à aiguillons petits et crochus ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Bull. Soc. Et. Sci. Angers 31 : 77, 1902, et « herb. Boreau » manuscrit de Sudre.

(sur BORD_SU_029_012) « Bords de la Garonne à Ménéric, Cognobilis type !, Leg. Timbal ».

Remarques : C’est la seule récolte faisant partie du matériel original. La planche 013 est très partielle. La 012 permet de bien compléter ce type.

 

« Rubus ulmifolius Schott var. deltophyllus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. deltophyllus Sudre (Rubi eur. : 74, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 74, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_026 (figure 47).

Texte de l’étiquette : « H. Garonne : Bourrasol, R. cynetifolius Timbal inédit, fl. roses, 7. 94, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 74, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte faisant partie du matériel original avec le protologue accolé. Il y a aussi la planche provenant d’Evrunes en Vendée citée dans le protologue (BORD_SU_029_025).

 

« Rubus ulmifolius Schott var. tenuiculus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott var. tenuiculus Sudre (Rubi eur. : 74, 1909).

Préambule : C’est bien dans Rubi eur., p. 74, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois.

Lectotype (désigné ici sur 2 parts) : BORD_SU_029_031 et BORD_SU_029_028 (figure 48).

Texte de l’étiquette : « Le pollen paraît pur, 719, Herbier H. SUDRE, Rubus tenuiculus mihi, Foncouvertes, route de Fabas, pét. rosés, fil. blancs ≤, st. verdâtres, j. carp. poilus, Tarn, 19 juil. 1896, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : (sur BORD_SU_029_028) copie du protologue de Rubi eur., p. 74, 1909, et « 719, R. tenuiculus » manuscrit de Sudre.

Remarques : C’est la seule récolte faisant partie du matériel original avec le protologue accolé. Les numéros de cette récolte sont un peu éloignés, mais le numéro de récolte sur les planches confirme que c’est bien la même récolte. Les planches BORD_SU_029_029 et 030 sont aussi du matériel original.

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene garbetinus Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene garbetinus Sudre (Excurs. batol. 4 : 196, 1903).

Préambule : C’est dans Rub. Pyr. in Bull. Assoc. Franç. Bot. 3 (26) : 39, en 1900, que ce nom est publié pour la première fois. Il est alors provisoire. Il faut attendre Excurs. batol. 4 : 196, 1903, toujours dans Rub. Pyr., pour valider ce nom.

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_078 (figure 49).

Synonymes : ≡ Rubus ulmifolius Schott microgene garbetinus Sudre (Bull. Assoc. Franç. Bot. 3 (26) : 39, 1900), publ. nom. inval. (nom. prov.), ≡ Rubus garbetinus (Sudre) Prain (Index Kew. suppl. 4 : 205, 1913).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus garbetinus Sudre, Vallée du Garbet entre Ercé et Aulus, alt. 700 m, pét. blancs, fil. id. =, st. verdâtres, j. c. poilus, Pollen pur, Ariège, 6. 8. 1898, hSudre ».

Texte des autres étiquettes : Copie de la publication de Rubi eur., p. 74, 1909.

Remarques : La récolte BORD_SU_029_079 fait aussi partie du matériel original (en provenance des Hautes-Pyrénées).

 

« Rubus ulmifolius Schott microgene tiliiformis Sudre »

Nom typifié ici : Rubus ulmifolius Schott microgene tiliiformis Sudre (Rubi eur. : 74, 1909).

Préambule : C’est dans Rubi eur., p. 74, 1909, que ce nom est publié validement pour la première fois (tiliaeformis).

Lectotype (désigné ici) : BORD_SU_029_080 (figure 50).

Synonyme : ≡ Rubus tiliiformis (Sudre) C.K. Schneid. (Just’s Bot. Jahresber. 37 (2) : 628, 1913).

Texte de l’étiquette : « Herbier H. SUDRE, Rubus tiliaeformis Sud, note de Müller : « F. ± garnies de poils dressés, même pubérulés sur la nerv. en-dessous, Forme des feuilles insolite, à comparer à aucun autre,- Ce n’est pas un Gypsocaulon, les pétales ovales elliptiques le démontrent. », Toulouse, chemin de Pouvourville, pét. roses, ét. blanches, st. carnés, j. c. un peu velus, Pollen pur, Timbal 388, 1867 ».

Texte des autres étiquettes : Copie du protologue de Rubi eur., p. 74, 1909.

Remarques : C’est la seule récolte (seule planche) présente dans l’herbier de Sudre.

Bibliographie

Boreau A., 1858. Flore du centre de la France et du bassin de la Loire, ou Description des plantes qui croissent spontanément, ou qui sont cultivées en grand dans les départements arrosés par la Loire et ses affluents, avec l’analyse des genres et des espèces. Librairie encyclopédique de Roret, Paris, 771 p.

Boulay N., 1873-1884. Association rubologique.

Bouvet G., 1907. Matériaux pour l’étude des ronces d’Anjou. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 36 : 1-108.

Camus E.G., 1888. Catalogue des plantes de France, de Suisse et de Belgique. Dupont, Lechevalier, Paris, 325 p.

Château E., 1914. Essai sur les Rubus de Saône-et-Loire. Bulletin de la Société d’histoires naturelles d’Autun 27 : 103-112.

Genevier G., 1869. Essai monographique sur les Rubus du bassin de la Loire. Mémoires de la Société académique de Maine-et-Loire 24 : 1-346.

Monasterio-Huelin E. & Weber H.E., 1996. Taxonomy and nomenclature of Rubus ulmifolius and Rubus sanctus (Rosaceae). Edinburg Journal of Botany 53 (3) : 311-322.

Müller P.J., 1861. Rubologische Ergebnisse einer dreitägigen Excursion in die granitischen Hoch-Vogesen in der Umgegend von Gérardmer (Vogesen-Depart. – Frankreich). Bonplandia 9 : 276-309.

Ormezzano MM. Q. & Châeau E., 1906. Florule raisonnée du Brionnais. Bulletin de la Société d’histoires naturelles d’Autun 19 : 295-300.

Prain D., 1908. Index Kewensis supplément 3. Oxford University Press, London : 152-155.

Prain D., 1921. Index Kewensis supplément 5. Oxford University Press, London : 220-228.

Schneider C.K., 1913. Allgemeine und spezielle Morphologie und Systematik der Siphonogamen. Just’s botanischer Jahresbericht 37 (2), Berlin, 629 p.

Sudre H., 1898-1911. Bulletins de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes. Imprimerie Veuve Francal et fils, Foix.

Sudre H., 1898-1903. Excursions batologiques dans les Pyrénées ou description et analyse des Rubus des Pyrénées françaises fascicules 1-4. Imprimerie de l’Institut de bibliographie, Le Mans, 219 p.

Sudre H., 1899. Révision des Rubus de l’herbier du Tarn de de Martrin-Donos. Bulletin de la Société botanique de France 46 : 81-100.

Sudre H., 1902. Les Rubus de l’herbier Boreau. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 31 : 51-154 (+ errata).

Sudre H., 1903-1917. Batotheca europaea 1-15. Imprimerie Nougies, Albi, 153 p.

Sudre H., 1904. Contributions à la flore batologique du Plateau central de la France. Bulletin de la Société botanique de France 51 : 10-28.

Sudre H., 1904. Observations sur ‘Set of British Rubi’. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 33 : 106-145.

Sudre H., 1905. Genre Rubus. In M. Gandoger, Novus Conspectus Florae europae, Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 15 (187-188) : 127-136, 15 (191-192) : 221-236 et 15 (193-194) : 301-302.

Sudre H., 1906. Diagnoses de Rubus nouveaux. Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 31 : 1-61.

Sudre H., 1908-1913. Rubi europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae. Librairie des sciences naturelles Léon Lhomme, Paris, 305 p.

Remerciements

Un grand merci à David Mercier pour tout le temps passé à me guider dans ce travail, ainsi que pour tout son travail de référencement (bibliographique et nomenclatural) effectué en amont et pour ses relectures nombreuses et précieuses. Je remercie aussi le Jardin botanique de Bordeaux pour leur mise à disposition de cet herbier et l’autorisation de publication des photos, ainsi que le Service commun de conservation du patrimoine (SCECCP) de l’université Paul-Sabatier de Toulouse (et tout particulièrement le Jardin botanique Henri-Gaussen) pour leur aide précieuse dans cette aventure. Merci à Valérie Martin-Rolland pour sa relecture.