Les noms des ronces (Rubus L., Rosaceae) publiés par Henri Sudre et présents dans son herbier de ronces : analyses et typifications éventuelles. Partie 1 - Introduction à l’analyse et à la typification des noms publiés par H. Sudre

Résumé

Henri Sudre a travaillé sur le genre Rubus voici plus d’un siècle maintenant. Il a publié de nombreux articles, ainsi que sa monographie des ronces d’Europe (Rubi Europae) entre 1898 et 1917. Il a aussi compilé plusieurs milliers de parts de Rubus dans son herbier actuellement déposé au Jardin botanique de Bordeaux. Cet immense travail a donné lieu à la publication de centaines de noms nouveaux de ronces qui très majoritairement n’ont jamais été typifiés. C’est une suite de 24 articles qui sera proposée (sur plusieurs années) pour combler ce manque.

Cette première partie fournira le contexte de l’étude des ronces par Sudre, ainsi que quelques analyses de sa bibliographie batologique et les notions systématiques utilisées. Dans les 23 prochains articles, les noms de Sudre des sections, séries et sous-séries du genre Rubus seront analysés et typifiés.

Abstract

Henri Sudre worked on the Rubus genus more than a century ago now. He published numerous articles as well as his monograph of European brambles (Rubi Europae) between 1898 and 1917. He also compiled several thousand parts of Rubus in his herbarium currently deposited in the Botanical Garden of Bordeaux. This huge work has given rise to the description of hundreds of new names for brambles which, for the most part, have never been typified. It is a series of 24 articles that will be offered (over several years) to fill this gap.

This first part will provide the context of the study of brambles by Sudre, as well as some analyzes of his batological bibliography and the systematic notions used. In the next 23 articles, the Sudre names of the sections, series and sub-series of the genus Rubus will be analyzed and typified.

  1. Introduction

Voici maintenant quelques années que la batologie, sous l’impulsion de David Mercier et Jean-Marie Royer entre autres, reprend un peu de vigueur en France. Cela faisait environ un siècle que les ronces de notre pays n’avaient pas (ou trop peu) été étudiées. Les genres apomictiques ont en effet été complètement délaissés par les botanistes français du xxe siècle. Ne connaissant pas, ou très mal, ce mode de reproduction et assimilant le foisonnement de formes différentes à de l’hybridation excessive, l’idée que ces genres n’étaient que des nœuds de variations sans intérêt s’est répandue dans le microcosme botanique. Les botanistes allemands et ceux de quelques pays de l’Europe centrale ont depuis plus longtemps que nous repris le chemin des études botaniques des genres apomictiques. Il en résulte aujourd’hui que nos amis d’outre-Rhin sont capables (comme pour n’importe quel genre botanique) de reconnaître leurs ronces ou leurs pissenlits (Taraxacum).

La parution de nouveaux ouvrages de botanique français en ce début de xxie siècle relance l’intérêt que nous pouvons avoir à mieux connaître la flore de notre pays. Inutile de se promener aux quatre coins du monde pour découvrir de nouvelles espèces (ou entités) végétales. Elles sont là, à la lisière de nos forêts (Rubus) ou dans nos prairies (Taraxacum) ou un peu partout d’ailleurs (Hieracium et Alchemilla). Il ne nous reste plus qu’à arpenter les muséums à la recherche des vieux herbiers, affûter les sécateurs, retrousser les manches (mais pas trop car les ronces, ça pique) et ouvrir nos esprits à une nouvelle façon de voir la botanique de terrain.

En ce qui concerne la flore de la région Occitanie, nous avons la chance d’avoir eu un éminent botaniste qui, à son époque, a étudié les ronces et les épervières (Hieracium). Il s’agit de Henri Sudre. Né en 1862 et mort en 1918, professeur en collège à Albi, puis à Toulouse à partir de 1904, cet intrépide collecteur de plantes nous a offert de multiples écrits et nous a légué de très nombreuses planches d’herbier.

Aujourd’hui, si nous voulons à nouveau étudier ces genres, il nous est impossible de ne pas reprendre et assimiler ses travaux. En plus de retrouver le maximum de plantes décrites par Sudre (et d’en découvrir de nouvelles), il ne faudra pas omettre de les redéfinir de façon un peu plus moderne, de les comparer avec leurs protologues (parfois assez peu parlants), de vérifier la validité de leurs noms avec le code de nomenclature et de typifier ces noms. C’est en partie le but de cette suite de futurs articles : typifier dans un premier temps les noms que Sudre a distillés à d’innombrables Rubus.

Pour cela, faisons un peu connaissance avec cet homme (ce botaniste) et son époque. Nous reviendrons ensuite sur ses écrits et sur son herbier de ronce. Enfin, avant de typifier les noms des Rubus de Sudre, je donnerai un petit commentaire de lecture de ses travaux.

  1. Henri Sudre, le batologue et ses relations de l’époque

On ne sait pas exactement en quelle année Henri Sudre commença ses recherches sur le genre Rubus. Ses premiers articles sur les ronces furent publiés en 1898, à l’âge de 36 ans. Il est évident que ce botaniste avait déjà en tête une somme considérable de connaissances sur ce sujet. La connaissance des genres apomictiques, et des ronces en particulier, avait connu depuis plus de soixante ans un essor important.

Weihe et Nees avaient publié entre 1822 et 1827 la première monographie sur les ronces : Rubi Germanici. Leurs successeurs allaient se multiplier. Des noms comme Lejeune, Wirtgen, Lindley ou Focke sont encore aujourd’hui connus des batologues pour leurs travaux européens durant la première partie du xixe siècle. En France, au cours de ce siècle, se sont plus ou moins côtoyés de nombreux batologues comme Müller, Boulay, Godron, Questier et Harmand pour le nord-est de la France ; Lefèvre, qui fut le premier batologue pour le nord-ouest de la France ; Malbranche, Letendre et Corbière pour la Normandie ; Gillot et Quincy pour le Morvan ; Lamotte, Ripart et Frère Héribaud (J.-B. Caumel) pour la partie centrale du pays ou encore Genevier, Bouvet et Chaboisseau pour l’ouest de la France. En Occitanie, seuls quelques travaux plus modestes ont été entrepris par Martrin-Donos pour le Tarn ou Timbal-Lagrave pour les environs de Toulouse (sous l’égide de P. J. Müller) par exemple.

Sudre arriva dans cette effervescence de connaissances et de labeurs. Il put aussi compter sur quelques collaborateurs qui lui procurèrent de nombreuses plantes provenant de toute la France et même de toute l’Europe (Portugal, Allemagne, Angleterre, Hongrie…). L’époque était aussi celle des échanges de parts d’herbiers (centuries ou collections). Sudre en profita pour consulter les herbiers de l’époque (et parfois en faire des révisions). C’est ainsi qu’il compila un herbier impressionnant des ronces de France et d’Europe, et commença la description de nombreux Rubus. Il compila tout cela dans un monumental essai : Rubi europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae. La publication de cette monographie durera de 1908 à 1913.

Ce ne sont pas les seuls écrits de ce prolifique botaniste. Voici maintenant une liste chronologique des publications, la plus exhaustive possible, pouvant servir à la typification des noms de ronces de Sudre, puis une liste commentée (en vue des typifications) des écrits et contributions batologiques de Sudre, et enfin une liste commentée des publications les plus importantes d’autres batologues français où certains noms de Sudre sont publiés.

  1. Liste chronologique des principales publications pouvant servir à la typification des noms de ronces de Sudre

  • 1861-00-00 : Müller P.J. ; Bonplandia 9 : 276-311.
  • 1881-06-24 : Boulay N. ; Association rubologique 1881.
  • 1882-07 01 : Boulay N. ; Association rubologique 1882.
  • 1892-11-30 : Boulay N. ; Révision des ronces distribuées par l’Association rubologique (1873-1891) ; Rubi Spectabiles et R. Glandulosi.
  • 1897-00-00 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 6-7.
  • 1898-06-00 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 8-9.
  • 1898-11-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 69-76.
  • 1898-12-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 79-92.
  • 1899-01-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 1-9.
  • 1899-06-00 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 5-8.
  • 1899-08-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique :p. 202-207.
  • 1899-09-15 : Sudre H. ; Révision des Rubus de l’herbier du Tarn de Martrin-Donos in Bulletin de la Société française de botanique 46 : 81-100.
  • 1899-11-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique :253-254.
  • 1899-12-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 273-280.
  • 1900-01-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 21-23.
  • 1900-02-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 38-41.
  • 1900-03-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 58-64.
  • 1900-04-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 86-89.
  • 1900-05-01 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 4-5.
  • 1900-06-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 97-102.
  • 1900-06-30 : Rouy G. et al. ; Flore de France ou description des plantes qui croissent spontanément en France, en Corse et en Alsace-Lorraine.
  • 1900-07-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 132-135.
  • 1900-08-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 150-153.
  • 1900-12-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 199-208.
  • 1901-01-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 3-10.
  • 1901-03-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 73-78.
  • 1901-05-01 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 6.
  • 1901-06-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 154-158.
  • 1901-09-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 228-238.
  • 1901-12-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 292-295.
  • 1902-03-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 33-36.
  • 1902-05-01 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 9-14.
  • 1902-07-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 151-161.
  • 1902-07-01 : Ascherson P. & Graebner P. ; Synopsis der mitteleuropäischen Flora, 6, 1 : 470-582.
  • 1902-09-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Association française de botanique : 202-216.
  • 1902-10-31 : Sudre H. ; Les Rubus de l’herbier Boreau in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 31 : 51-154 (+ errata).
  • 1903-02-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 12 : 57-96.
  • 1903-02-01 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 6.
  • 1903-08-08 : Bouvet G. ; Les Rubus de l’Anjou, résumé des fait acquis in Comptes rendus de l’Association française pour l’avancement des sciences : 673-689.
  • 1903-09-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 12 : 422-424.
  • 1903-11-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 12 : 540-552.
  • 1903-11-28 : Marcailhou H. ; Plantes indigènes du bassin de la haute-Ariège in Bulletin de la Société d’histoire naturelle d’Autun 15 : 253-269.
  • 1903-11-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 1.
  • 1903-12-01 : Sudre H. ; Excursions batologiques dans les Pyrénées in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 12 : 585-598.
  • 1903-12-31 : Sudre H. ; Bulletin de la Société botanique de France 46 : 215.
  • 1904-02-01 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 5-8.
  • 1904-02-28 : Sudre H. ; Contribution à la flore batologique du plateau central de la France in Bulletin de la Société botanique de France 51 : 10-28.
  • 1904-07-31 : Sudre H. ; Les Rubus du guide du botaniste dans le canton de Fribourg (Suisse) in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 13 : 150-155.
  • 1904-11-11 : Sudre H. ; Un bouquet de ronces bretonnes in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 33 : 1-20.
  • 1904-11-11 : Sudre H. ; Observations sur « Set of British Rubi » in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 33 : 106-145.
  • 1904-11-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 2.
  • 1905-04-18 : Sudre H. ; Rubus in M. Gandoger, Novus Conspectus Florae europae in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 15 : 127-136.
  • 1905-06-30 : Sudre H. ; Révision des Rubus de l’Herbarium europaeum de M. Baenitz in Bulletin de la Société botanique de France 52 : 315-347.
  • 1905-07-20 : Dryer W.T. ; Index Kewensis, suppl. 2 : 160.
  • 1905-09-01 : Sudre H. ; Rubus in M. Gandoger, Novus Conspectus Florae europae in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 15 : 221-236.
  • 1905-10-01 : Camus E.G. et Malinvaud E. ; Société pour l’étude de la flore franco-helvétique in Bulletin de l’herbier Boissier sér. 2, 5 : 973-986.
  • 1905-11-01 : Sudre H. ; Rubus in M. Gandoger, Novus Conspectus Florae europae in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 15 : 301-302.
  • 1905-11-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 3.
  • 1905-12-31 : Fedde F. et Schlockow A. ; Novorum generum, specierum, variegatum, formarumque Siphonogamarum Index in Botanischer Jahresbericht. Systematisch Geordnetes Repertorium der Botanischen Literatur aller Länder (Just), 32 (1) : 433.
  • 1905-12-31 : Jacquet F. ; Excursion botanique dans la chaîne des Mortheys in Mémoires de la Société fribourgeoise des sciences naturelles 2 (2),1 : 2.
  • 1906-09-30 : Malinvaud E. ; Tables du volume quarante-sixième (1899) in Bulletin de la Société botanique de France 52 app. : 200-216.
  • 1906-10-30 : Sudre H. ; Diagnoses de Rubus nouveaux in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 35 :
    1-61.
  • 1906-11-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 4.
  • 1906-12-31 : Ormezzano Q. et Chateau E. ; Florule raisonnée du Brionnais in Bulletin de la Société d’histoire naturelle d’Autun 19 : 298-301.
  • 1907-01-31 : Sudre H. ; Bulletin de la Société botanique de France 51 : 606.
  • 1907-07-31 : Bouvet G. ; Matériaux pour l’étude des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 36 : 1-108.
  • 1907-10-11 : Bouvet G. ; Matériaux pour l’étude des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 36, tiré à part.
  • 1907-10-31 : Sudre H. ; Florule toulousaine ou analyse descriptive des plantes qui croissent spontanément ou sont cultivées en grand dans la région sous-pyrénéenne de la Haute-Garonne avec l’indication de leurs propriétés les plus importantes : 71-76.
  • 1907-11-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 5.
  • 1908-05-20 : Prain D. ; Index Kewensis, suppl. 3 : 152-155.
  • 1908-05-31 : Sudre H. ; Sur quelques Rubus peu connus de la flore française in Bulletin de la Société botanique de France 55 : 172-180, 216-219.
  • 1908-06-30 : Tourlet E.H. ; Catalogue des plantes vasculaires d’Indre-et-Loire : 154-167.
  • 1908-08-31 : Mugnier L. ; Rubus nouveaux pour la flore haut-marnaise in Bulletin de la Société des sciences naturelles de Haute-Marne 5 : 112.
  • 1908-11-10 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 6.
  • 1908-12-31 : Sudre H. ; Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 1-40 et pl. 1-41.
  • 1909-10-31 : Sudre H. ; Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 41-80 et pl. 42-82.
  • 1909-11-05 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 7.
  • 1909-11-18 : Sudre H. ; Rubi tarnenses ou Inventaire des ronces tarnaises in Comptes-rendus du Congrès des sociétés savantes de Paris : 178-235.
  • 1910-01-28 : Sudre H. ; Les Rubus de l’herbier du Jardin botanique de Tiflis in Moniteur du Jardin botanique de Tiflis 15 : 47-49.
  • 1910-03-31 : Sudre H. ; Interprétation de quelques Rubus nouveaux de Hongrie in Bulletin de la Société botanique de France 57 : 4-10.
  • 1910-05-10 : Spribille F.J. ; in Schube T., Ergebnisse der Durchforschung der schlesischen Gefässpflanzen welt in 1909 in Jahresbericht der Schlesischen Gesellschaft für Vaterländische Cultur 87, 2b : 49-73.
  • 1910-07-01 : Sudre H. ; Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes : 4.
  • 1910-07-31 : Sudre H. ; Ronces et roses du Laurenti et du Capsir in Bulletin de la Société botanique de France 57 : 288-291.
  • 1910-09-20 : Sudre H. ; Les Rubus de Belgique, inventaire et analyse in Bulletin de la Société royale de botanique de Belgique 47 : 185-250.
  • 1910-10-25 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 8.
  • 1910-10-31 : Sudre H. ; Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 81-120 et pl. 83-119.
  • 1911-02-28 : Sudre H. ; Liste des Rubus de Bavière (Sbg. Eubatus F.) in Bulletin de géographie botanique 20 : 65-68.
  • 1911-04-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 9.
  • 1911-05-10 : Sudre H. ; Notes batologiques in Bulletin de la Société botanique de France 58 : 32-37.
  • 1911-08-10 : Sudre H. ; Notes batologiques in Bulletin de la Société botanique de France 58 : 245-251, 273-278.
  • 1911-10-31 : Sudre H. ; Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 121-160 et pl. 120-155.
  • 1911-12-01 : Schmidely A.I.S. ; Les ronces du bassin du Léman, ou révision du catalogue raisonné des ronces des environs de Genève, de Aug. Schmidely (mars 1888), et du catalogue des ronces du sud-ouest de la Suisse, de August Favrat (1885) in Annuaire du Conservatoire et du Jardin botaniques de Genève 15-16 : 1-140.
  • 1911-12-31 : Bouvet G. ; Florule des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 40 :
    11-63.
  • 1911-12-30 : Sudre H. ; Les Rubus du Caucase, analyse descriptive in Moniteur du Jardin botanique de Tiflis 20 : 6-15.
  • 1912-02-28 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 10.
  • 1912-05-15 : Sudre H. ; Notes batologiques in Bulletin de la Société botanique de France 59 : 59-70.
  • 1912-09-30 : Schneider C.K. ; Allgemeine und spezielle Morphologie und Systematik der Siphono-gamen 1908 in Just’s Botanischer Jahresbericht 36, 3 : 291.
  • 1912-10-31 : Sudre H. ; Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 161-200 et pl. 156-195.
  • 1912-10-31 : Sudre H. ; Les Rubus du nord de la France, ou catalogue méthodique des ronces des départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, des Ardennes, de l’Aisne et de l’Oise in Comptes-rendus du Congrès des sociétés savantes de Paris 1911 : 157-194.
  • 1912-12-31 : Bouvet G. ; Florule des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 41 : 9-36.
  • 1912-12-31 : Sudre H. ; Rubi Bavarici. Zusammenstellung der in Bayern beobachteten Brombeeren in Denkschrift zur Feier des 25 jährigen Bestehens des Botanischen Vereins Nürnberg 1912 : 15-34.
  • 1913-01-31 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 11.
  • 1913-02-28 : Schneider C.K. ; Allgemeine und spezielle Morphologie und Systematik der Siphono-gamen in Just’s Botanischer Jahresbericht, 37, 2 : 627-629.
  • 1913-03-10 : Sudre H. ; Notes batologiques in Bulletin de la Société botanique de France 59 : 725-731.
  • 1913-11-13 : Prain D. ; Index Kewensis, suppl. 4 : 203-207.
  • 1913-12-31 : Sudre H. ; Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 201-305 et pl. 196-215.
  • 1914-02-28 : Sudre H. ; Les Rubus et les Hieracium récoltés dans la vallée d’Aran in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 23 : 47-49.
  • 1914-04-30 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 12.
  • 1914-10-31 : Chateau E. ; Rubus de Saône-et-Loire in Bulletin de la Société d’histoire Naturelle d’Autun 27 : 139-148.
  • 1915-05-31 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 13.
  • 1916-07-31 : Sudre H. ; Batotheca Europaea 14.
  • 1917-12-31 : Bouvet G. ; Florule des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 41 :
    21-40.
  • 1921-09-08 : Prain D. ; Index Kewensis, suppl. 5 : 220-228.
  • 1923-12-31 : Bouvet G. ; Florule des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 52 : 61-72.
  • 1946-12-31 : Watson W.C.R. ; Rubus list in Journal of Ecology 33 : 338-342.
  1. Liste commentée de la bibliographie de Sudre et de ses principales contributions

  • 1898-1911 : Bulletin de l’Association pyrénéenne pour l’échange des plantes.

Dans ce bulletin, de 1898 à 1911, Sudre publia de nombreuses diagnoses (protologues) valides. Les noms de ces Rubus sont généralement valides et peuvent être typifiés sur ces bases.

  • 1898-1903 : Excursions batologiques dans les Pyrénées ou description et analyse des Rubus des Pyrénées françaises.

Publié en quatre fascicules, 1 : 1-31 (1898), 2 : 33-94 (1900), 3 : 95-182 (1902) ; 4 : 183-219 (1903).

Les noms nouveaux publiés dans ces trois premiers fascicules en tant qu’espèce de deuxième ou troisième ordre et en tant que variétés sont invalides car ce sont des noms provisoires (« aussi est-ce seulement à la fin de ce travail… que je donnerai d’une façon définitive la valeur relative des divers Rubus que j’aurai signalés »). Le quatrième fascicule donne donc le rang exact auquel Sudre conclut. Les noms valides sont donc ceux suivant la typographie de la conclusion mais datés de la parution du protologue ou ceux publiés entretemps dans d’autres publications.

Les hybrides décrits dans les trois premiers volumes sont par contre tout à fait valides dès leur première publication et donc typifiables sur ces bases.

  • 1899 : Révision des Rubus de l’herbier du Tarn de De Martrin-Donos in Bulletin de la Société botanique de France 46 : 81-100.

Seulement une dizaine de nouvelles ronces est décrite (avec diagnose) par Sudre dans cet ouvrage de 1899. Il indique cependant dans son introduction : « je dresserai ensuite un tableau synoptique des Rubus du Tarn d’après les seuls spécimens provenant de l’herbier de ce botaniste. » C’est donc prioritairement dans l’herbier de Martrin-Donos et non dans celui de Sudre qu’il faudra typifier ces noms. Il sera peut-être possible de citer parfois des planches susceptibles de faire partie du matériel original mais présentes dans l’herbier de Sudre. Elles pourraient servir lors des typifications (travail en cours) des noms de ce fascicule si les planches sont plus appropriées que celles de l’herbier Martrin-Donos. Les planches de l’herbier Sudre proviennent d’ailleurs de cet herbier. À l’époque où Sudre a révisé cet herbier, il a dû en prendre quelques parts pour les inclure au sien.

  • 1902 : Les Rubus de l’herbier Boreau in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, n.s. 31 : 51-154 (+ errata).

Là encore, Sudre se contente généralement de réviser l’herbier de Boreau. Les nouvelles diagnoses qu’il fait pour de nouveaux noms sont donc basées sur des spécimens de cet herbier. C’est donc toujours ou en tout cas prioritairement dans l’herbier Boreau, quand cela est possible, qu’il faudra typifier les nouveaux noms de Sudre. Dans certains cas, Sudre parle des plantes de sa région (Occitanie et Pyrénées) et y valide un certain nombre de noms. C’est là aussi que les planches de l’herbier Sudre pourront servir à la typification. Dans certains cas, la description signale certain matériel (localités). Il sera aussi possible de citer parfois des planches susceptibles de faire partie du matériel original et présentes dans l’herbier de Sudre (échange de planches fait à l’époque). Enfin, dans son introduction, Sudre nous indique clairement que les noms des microgènes (aussi appeés espèces de troisième ordre) ne sont que provisoires. Il faudra donc attendre une publication ultérieure pour valider ces noms sur les bases de ces descriptions.

  • 1903-1917: Batotheca europaea 1: 1-16 (1903) ; 2 : 17-35 (1904) ; 3 : 37-48 (1905) ; 4 : 51-62 (1906) ; 5 : 63-74 (1907) ; 6 : 75-84 (1908) ; 7 : 85-92 (1909) ; 8 : 93-100 (1910) ; 9 : 101-107 (1911) ; 10 : 109-116 (1912) ; 11 : 116-122 (1913) ; 12 : 123-129 (1914) ; 13 : 131-137 (1915) ; 14 : 139-145 (1916) ; 15 : 147-153 (1917).

Il s’agit de planches d’herbiers distribuées en grand nombre (centuries) à étiquettes imprimées ayant valeur de publication scientifique, accompagnées de fascicules imprimés. De nombreux noms sont à typifier dans ces centuries. Il faudra juste faire attention car souvent les planches sont composées de plusieurs spécimens ayant des dates différentes. Il faudra alors choisir un élément de la part comme lectotype et un autre élément comme épitype (spécimen permettant une bonne compréhension du type quand celui-ci est soit incomplet, soit peu représentatif). Notons aussi que parfois les noms diffèrent un peu entre les étiquettes et le fascicule (généralement un nom au rang spécifique et un autre avec la même épithète à un rang infraspécifique). Il faudra alors typifier le nom au rang infraspécifique car c’est celui-ci qui est accepté par Sudre (celui au rang spécifique étant un « résumé » du nom complet).

  • 1904 : Un bouquet de ronces bretonnes in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, n.s., 33 : 1-20.

De nouveaux noms sont mentionnés dans ce fascicule. Ils sont généralement suivis de leur description et en font donc des noms valides à typifier. Le rang d’espèce, donné à chaque nom (sauf les variétés nouvelles qui sont signalées comme telles), est écrit avec des polices différentes. Nous pouvons penser qu’il s’agit pour Sudre de donner leur rang taxonomique habituel pour lui (sous-espèces et microgènes). Cependant, rien dans le texte n’indique cette option. Il faudra donc considérer les noms au rang indiqué (écrit) par Sudre.

  • 1904 : Observations sur ‘Set of British Rubi’ in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, n.s., 33 : 106-145.

Seuls quelques rares nouveaux noms sont publiés dans cet article. Au cas par cas, dans le texte, Sudre indique parfois le rang taxonomique dans lequel il place sa ronce (espèce de premier ordre, sous-espèce, microgène et surtout variété). L’index en fin d’étude nous indique uniquement par la typographie des noms (mais non indiqué de façon explicite) sous quelle espèce de premier ordre se place la ronce. Cependant, rien dans cet index n’indique de quel rang il s’agit. Donc soit l’indication a été donnée dans le texte de la description, soit il faudra considérer les noms au rang infraspécifique indéfini, noté dans ces articles « taxon ».

  • 1904 : Contributions à la flore batologique du plateau central de la France in Bulletin de la Société botanique de France 51 : 10-28.

Dans son introduction, Sudre mentionne la présence de nouvelles espèces de premier ordre signalées dans cet article. Il semble donc que les noms donnés soient à considérer au rang spécifique (sauf les variétés nouvelles et une sous-espèce, citées comme telles). Les hybrides sont aussi à noter au rang spécifique sauf les cas où Sudre forme des variétés avec des hybrides. Les diagnoses semblent bonnes, les noms valides sont donc typifiables sur ces bases.

  • 1904: Les Rubus du guide du botaniste dans le canton de Fribourg (Suisse) par MM. Cottet et F. Castella in Mém. Soc. Fribourg Sci. Nat., Bot. 1 (9) : 215-222, et in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 13 (174-176) : 150-155.

Un seul protologue pour un nouveau nom semble présent dans cet article, mais il s’agit d’un nom. nud. (nouveau taxon publié sans description ni diagnose et sans référence à une description ou à une diagnose).

  • 1905 : Révision des Rubus de l’Herbarium europaeum de M. Baenitz in Bulletin de la Société botanique de France 52 : 315-347.

Quelques nouveaux noms sont décrits et donc à typifier. Ils doivent l’être d’après les parts d’herbier contenues dans l’herbier Sudre (souvent pour des parts de Baenitz, mais pas seulement). Dans l’introduction, Sudre ne donne pas de rang à ces espèces. Dans l’index, par contre, nous comprenons que Sudre indique, et par sa typographie et par la distribution de ses noms (sous des espèces de premier ordre), que ses espèces de second ordre sont toutes au même rang infraspécifique. Il s’agit de sous-espèces (par analogie à l’indication donnée pour l’un de ces noms). Il faudra donc les typifier au rang de sous-espèce sauf pour les noms nettement décrits comme espèces de premier ordre, hybrides (espèces) ou comme variétés.

  • 1905: in Michel Gandoger, Novus Conspectus Florae europae in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 15 (187-188) : 127-136 et 191-19), 221-236, 193-194, 301-302.

Cet article ne fait que lister des noms. Quand ces derniers se basent sur une publication antérieure, ce nom peut être considéré comme valide et répond à la description validante antérieure. Si aucune référence à une diagnose ou une publication antérieure n’existe, ce sont alors des noms invalides (nom. nud.). Ils sont en plus notés sans rang infraspécifique indiqué entre l’espèce et la variété (recombinaisons sans rang spécifié). Ils sont donc à considérer au rang de « taxon ».

  • 1906 : Diagnoses de Rubus nouveaux in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, n.s., 31 : 1-61.

Il paraît évident que les noms donnés dans cet article (sauf les hybrides et les variétés qui sont bien valides) ne sont que provisoires et donc invalides : « J’ai reconnu un certain nombre d’hybrides nouveaux et beaucoup de formes que j’ai provisoirement envisagées comme des espèces de 2e ou 3e ordres… ». Il faudra attendre les publications ultérieures pour valider ces noms. Nous pourrons cependant regarder les localités de cette étude pour trouver le bon lectotype avec une localité déjà citée en 1906.

  • 1906: Observation sur deux ronces européennes in Bulletin de la Société botanique de France 53 (1) : 45-50.

Il ne semble pas qu’il y ait de nom à typifier dans cet article. Cette étude donne en conclusion la nécessité d’études supplémentaires pour aller plus loin dans la connaissance de ces spécimens.

  • 1907 : Florule toulousaine ou analyse descriptive des plantes qui croissent spontanément ou sont cultivées en grand dans la région sous-pyrénéenne de la Haute-Garonne avec l’indication de leurs propriétés les plus importantes, 1-239, pl. 1-20.

Encore une fois dans cette flore, Sudre nomme de nouvelles ronces. La typographie utilisée nous montre des différences entre les espèces de différents ordres considérées par l’auteur. Sudre, dans son introduction, signale la signification de ces typographies (subordinations des espèces de second ordre et variétés). Les noms pourront être typifiés sur ces bases. Les quelques mots de cette clé dichotomique suffisent généralement à faire de ces « descriptions comparatives », des diagnoses et donc de valider les noms (notons qu’il faut au moins deux critères pour valider une diagnose).

  • 1908 : Sur quelques Rubus peu connus de la Flore française in Bulletin de la Société botanique de France 55 : 172-180, 215-219.

Dans cet article, seulement deux nouveaux noms sont mentionnés : R. duffortii, avec sa diagnose, est typifiable alors que R. sueviacus est un nom. nud. Il y a aussi des recombinaisons dont certaines au rang spécifique.

  • 1908-1912: Rubi rari vel Minus Cognati Exsiccati, 1-5 : 1-140.

Il s’agit de planches d’herbier distribuées en nombre assez restreint. Aucune diagnose valide de nouveau nom ne semble être proposée dans cette collection (étiquettes manuscrites et non publiées). Certaines planches pourront cependant servir de matériel original et même de syntypes, et le cas échéant être des planches types.

  • 1908-1913: Rubi Europae vel Monographia Iconibus Illustrata Ruborum Europae : 1-40, pl. 1-41 (1908) ; 41-80, pl. 42-82 (1909) ; 81-120, pl. 83-119 (1910) ; 121-160, pl. 120-155 (1911) ; 161-200, pl. 156-195 (1912) ; 201-305, pl. 196-215 (1913).

Dans cette monumentale monographie, Sudre nomme de nombreuses nouvelles ronces. Il en donne pour chacune la description originelle. Ces nouveaux noms pourront donc sans problème (si valides) être typifiés. Notons que les deux premières parties, publiées en 1908 et 1909, sont parues un peu avant les Rubi Tarnenses et que les références à des protologues de cette dernière étude ne sont pas valables. Il faudra alors se référer aux diagnoses de Rubi Europae. Cela concerne les ronces jusqu’à R. bifrons (dans l’ordre de Rubi Europae).

  • 1909 : Rubi Tarnenses, ou inventaire des ronces Tarnaises in Comptes-rendus du Congrès national des sociétés savantes de Paris 1908 : 178-235.

La parution officielle de ce fascicule est postérieure à celle des deux premières parties de Rubi Europae (novembre 1909 pour Rub. Tarn. et octobre 1909 pour Rub. Eur.). Les publications originales de certaines ronces sont donc à chercher dans Rubi Europae et non dans ce fascicule (jusqu’à R. bifrons, dans l’ordre d’apparition des deux revues).

Dans le texte, Sudre indique le rang de quelques taxons, ce qui permet de déduire le rang des autres taxons pourvus de la même typographie. C’est sous ces rangs spécifiques ou rangs spécifiés par la typographie indiquée que les noms seront retenus (pour les noms dont le protologue se situe dans cette publication).

  • 1909 : Les Rubus de l’herbier du Jardin botanique de Tiflis in Moniteur du Jardin botanique de Tiflis 15 : 45-51.

Si de nouvelles espèces ont été décrites et nommées dans cet article, il paraît évident que les planches de cet herbier (aujourd’hui : herbier du Jardin botanique de Tbilissi, ou Jardin botanique national de Géorgie) serviront à la typification. Dans l’herbier de Sudre, nous découvrirons peut-être des planches pouvant faire partie du matériel original. Notons que de nouvelles diagnoses des ronces de cet herbier sont faites aussi dans les « Notes batologiques » des Bulletin de la Société botanique de France de 1911-1912.

  • 1910 : Les Rubus de Belgique, inventaire et analyse in Bulletin de la Société royale de botanique de Belgique 47 : 185-250.

Plusieurs nouvelles ronces sont décrites et nommées dans cet article. Il semble cependant que les parts d’herbier du Jardin botanique de l’État de Belgique (aujourd’hui appelé Jardin botanique de Meise) soient celles qui serviront à la typification car ce sont elles qui ont servi aux protologues. Du matériel original peut être présent dans l’herbier de Sudre. Il sera alors mis en évidence.

  • 1910 : Interprétation de quelques Rubus nouveaux de Hongrie in Bulletin de la Société botanique de France 57 (1)  : 4-10.

Dans cet article, Sudre ne fait que « ranger » les ronces nommées par Kupcok dans des espèces qu’il connaît. Il y a quelques rares validations de noms qui seront certainement à typifier. Il y a aussi quelques recombinaisons mais le basionyme est généralement celui de Kupcok. Si ces plantes ne sont pas encore typifiées, il faudra le faire avec l’aide de l’herbier de Sudre.

  • 1910 : Ronces et Roses du Laurenti et du Capsir in Bulletin de la Société botanique de France 57 (4) : 288-295.

Quelques nouveaux noms de ronces sont donnés (avec diagnoses) dans cet article. Si les noms sont valides, des typifications sont alors possibles avec les parts d’herbier de l’herbier de Sudre.

  • 1911-1912: Notes batologiques in Bulletin de la Société botanique de France 58 : 32-37, 245-251, 273-278 (1911) ; 59 : 65-70, 725-731 (1912).

Quelques nouveaux noms de ronces sont donnés (avec diagnoses) dans ces articles. Si les noms sont valides, des typifications sont alors possibles avec les parts d’herbier de l’herbier de Sudre.

  • 1911 : Les Rubus du Caucase, analyse descriptive in Moniteur du Jardin botanique de Tiflis 20 : 3-19.

Les nouvelles ronces données dans cet article ont déjà été décrites dans le Bulletin de la Société botanique de France 58 : 32-37, 245-251, 273-278 (1911). C’est donc de ces publications originelles qu’il faudra partir. Les parts d’herbiers pour ces typifications sont cependant celles du jardin botanique de Tiflis. Du matériel original peut toutefois être trouvé dans l’herbier Sudre. Il serait alors indiqué.

  • 1911: Reliquiae Progelianae ou révision des Rubus récoltés en Bavière par A. Progel in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 20 (256) : 33-68.

Il ne semble pas y avoir de nouveaux noms dans cette étude (seulement des protologues de validations de noms ou de recombinaisons). Pour d’éventuelles typifications, c’est bien dans l’herbier de Sudre qu’il faudrait rechercher les planches types. En effet, des planches de l’herbier de Progel lui ont été envoyées par le Dr Herz et c’est à partir de ces parts que Sudre a formulé ses analyses.

  • 1912 : Les Rubus du nord de la France, ou catalogue méthodique des ronces des départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, des Ardennes, de l’Aisne et de l’Oise in Comptes-rendus du Congrès national des sociétés savantes de Paris 1911 : 157-194.

Ce catalogue semble ne recenser que des ronces déjà décrites. Il n’y a donc apparemment aucun nouveau nom dans cet article. Il y a par contre des validations de noms ou des nouveaux noms sans description ni diagnose (nom. nud.).

  • 1912 : Rubi Bavarici. Zusammenstellung der in Bayern beobachteten Brombeeren in Denkschrift Feier 25 jähr. Bestehens Bot. Ver. Nürnberg 1912 :15-34.

Très peu de nouvelles ronces sont publiées dans ce fascicule. Il semble cependant que quelques-unes soient des nouveautés (avec une diagnose et non encore publiées même dans Rubi Europae). Il faudra voir si des parts d’herbier correspondent à ces noms. Le traitement des noms, à divers rangs spécifiques ou infraspécifiques, semble cohérent dans cet article.

  1. Liste commentée des principales publications d’autres auteurs où des noms de ronces de Sudre sont traités

  • Ascherson P. & Graebner P., 1902, Synopsis der mitteleuropäischen Flora 6, 1.

Dans cette publication, seulement quelques noms provisoires de ronces de Sudre sont validés.

  • Boulay N., 1873-1894, Association rubologique.

Durant ces années, N. Boulay a compilé des spécimens de ronces qu’il a lui-même récoltés ou qu’il a reçus de nombreux collaborateurs. Il les a ensuite distribués, accompagnés de notes manuscrites (parfois des protologues, des diagnoses ou autres descriptions). Malgré le caractère autographié et quelques remarques de sa part, ses protologues sont aujourd’hui reconnus comme validement publiés car généralement repris avec leurs références dans des publications ultérieures (surtout la flore de Rouy, mais aussi dans des écrits de Gandoger, Bouvet ou Sudre).

Sudre a décrit des ronces (et donc donné quelques nouveaux noms ou recombinaisons) sur quelques récoltes de cette association.

  • Bouvet G., 1903, Les Rubus de l’Anjou, résumé des faits acquis in Comptes-rendus de l’Association française pour l’avancement des sciences : 673-689.

Seulement quelques nouveaux noms de ronces de Sudre sont validement publiés dans cet article (Sudre ex Bouvet ou Sudre in Bouvet). Il y a aussi quelques recombinaisons au rang spécifique.

  • Bouvet G., 1907, Matériaux pour l’étude des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 36 : 1-108.

Quelques nouveaux noms de ronces sont décrits et validement publiés dans cet article.

  • Bouvet G., 1911, 1912, 1917 et 1923, Florule des Rubus de l’Anjou in Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers 40 (1911): 31-64, 41 (1912) : 9-36, 46 (1917) : 21-40 et 52 (1923) : 53-86.

Dans les différentes parties de cette florule, Bouvet donne des descriptions à de nombreux noms auparavant invalides. Il donne aussi quelques nouvelles combinaisons.

  • Dryer W.T., 1905, Index Kew, suppl. 2 (2).

Il s’agit principalement de recombinaisons au rang spécifique.

  • Marcailhou-d’Ayméric H. et Marcailhou-d’Ayméric A., 1898-1908, Catalogue raisonné des plantes phanérogames et cryptogames indigènes du bassin de la Haute Ariège in Bulletin de la Société d’histoire Naturelle d’Autun 11 : 248-375, 13 : 1-256, 14 : 1-122, 15 : 249-414, in Bulletin de l’Académie internationale de géographie botanique 16 : 225-308, 18 : 1-190, et volume 3 publié à part.

Seulement un ou deux nouveaux noms (généralement provisoires) sont décrits dans ces articles. Certains autres sont publiés et valident des noms provisoires.

  • Müller P.J., 1861, Rubologische Ergebnisse einer dreitägigen Excursion in die granitischen Hoch-Vogesen der Umgegend von Gérardmer (Vogesen-Depart. – Frankreich) in Bomplandia: 276-314.

C’est un ouvrage contenant des descriptions validant les créations de Sudre. Certaines espèces au sens de Müller sont ensuite publiées par Sudre.

  • Prain D., 1908, 1913 et 1921, Index Kew, suppl. 3, 4 et 5.

Il s’agit principalement de recombinaisons au rang spécifique.

  • Schneider C.K., 1912-1913, Allgemeine und spezielle Morphologie und Systematik der Siphono-gamen in Just’s Botanischer Jahresbericht, 36, 3 (1912) : 291 et 37, 2 (1913) : 627-629.

Dans ces articles, Schneider donne de nouvelles combinaisons (rang spécifique). 

  1. Herbier Sudre

Revenons maintenant à l’herbier de ronces d’Henri Sudre. C’est un ensemble pléthorique, compilé en 136 liasses et composé de plus de 18 000 planches (le nombre n’est pas encore connu exactement aujourd’hui). Le nombre de taxons de ronces est estimé entre 2 500 et 3 000. Cet herbier est aujourd’hui déposé au Jardin botanique de Bordeaux.

Intéressé par son étude, j’ai eu la chance d’avoir le soutien du Jardin botanique Henri-Gaussen de Toulouse pour établir une convention d’échange entre les deux jardins botaniques, me permettant d’avoir accès, à Toulouse, à l’ensemble de cet herbier. Cette convention, courant sur huit années (et devant se terminer en 2022-2023), stipule que, par lot de quinze-seize liasses par an, je puisse photographier et étudier l’ensemble de ces planches. Arrivé à mi-parcours de ce travail, je pense qu’il est temps de commencer à typifier les noms que Sudre a donnés à d’innombrables ronces. Cet herbier comporte de très nombreux types (plusieurs centaines) qu’il est temps aujourd’hui de publier. Cela permettra de continuer l’étude de ce genre sur des bases plus saines qu’aujourd’hui.

  1. Commentaires sur les typifications

C’est donc en plusieurs parties, dans l’ordre de sa monographie Rubi Europae (qui correspond globalement à l’ordre de cet herbier sauf pour quelques noms surtout listés dans les addendas et quelques changements de classements dus aux diverses manipulations de l’herbier) que je présenterai, au cours de mes pérégrinations systématiques, les typifications que je propose des noms donnés par H. Sudre aux ronces de sa collection. Ce seront 23 articles, correspondant aux 23 sections, sous-sections et séries de Sudre, qui devraient paraître encore pour finaliser ce travail. J’essaierai le plus souvent possible d’expliquer mon cheminement, nom par nom, pour aboutir à la catégorie de type ainsi qu’à la part d’herbier choisie.

Pour chaque nom, le titre sera celui du nom listé dans Rubi Europae (sans référence bibliographique). Juste en-dessous, je donnerai le basionyme (avec référence bibliographique). S’en suivra un chapitre intitulé Préambule pour expliquer le cas échéant les méandres de la publication de ce nom. Viendra ensuite la désignation de la part : récolte, planche(s)) d’herbier étant retenue comme type. Elle est désignée par un numéro sous ce format : BORD (pour Jardin botanique de Bordeaux, là où réside l’herbier) _ SU (pour Sudre) _ XXX (numéro à 3 chiffres correspondant au numéro de la liasse) _ XXX (numéro à 3 chiffres correspondant à la planche). Cette étiquette est apposée sur les planches lors de mon travail sur cet herbier. S’en suivront un petit chapitre sur la synonymie de ce nom, puis un autre présentant la retranscription de la (ou des) étiquette(s) de cette planche. Pour conclure, un dernier paragraphe appelé « remarques » concernera le choix et l’intérêt potentiel des planches de l’herbier Sudre. Dans certains cas (présence d’isotypes, isolectotypes ou épitypes), je désignerai dessous ces autres types.

Les types appartiennent à plusieurs catégories.

. Holotype : avant 1958, la désignation de l’holotype n’était pas obligatoire. Il s’avère que Sudre n’a d’ailleurs jamais (à ma connaissance) utilisé ce mot (ni même le mot type) dans ses protologues. Cependant, il a parfois (très rarement) cité une seule part d’herbier. Ce cas permet de dire que c’est l’holotype. Quand, dans ses protologues, rien de tel n’est indiqué, alors qu’une seule localité type est énoncée et qu’une seule récolte est présente dans son herbier, nous n’en ferons pas un holotype, mais bien un lectotype.

. Syntype : généralement, Sudre ne désigne pas de spécimens dans ses protologues, sauf en cas de révisions d’herbiers de tiers batologues ou dans les « collections » ou centuries comme Batotheca Europae ou Rubi rariorum par exemple. Ce terme ne sera alors utilisé que dans ces cas-là. Le type (holotype ou lectotype) sera obligatoirement choisi parmi les syntypes quand ils existent.

. Matériel original : pour les autres parts d’herbier intervenant dans les protologues, je parlerai plutôt du « matériel original » qui, dans ma conception et pour mes articles, correspond à l’ensemble des récoltes dont Sudre a pu se servir pour sa publication originale (ou protologue). Ce sont des récoltes antérieures à la date de publication, ayant généralement une correspondance avec les localités citées lors du protologue.

. Lectotype : dans le cas de l’herbier Sudre, c’est généralement à cette catégorie de type que nous aurons affaire. En effet, très peu d’holotypes sont mentionnés ou déduits. Ce sera donc dans la collection des syntypes ou du matériel original que je choisirai un lectotype. Je tâcherai au maximum de prendre une part typique (évidemment) mais aussi généralement indiquée par Sudre comme étant la plus pertinente. Sudre nous aide souvent dans ce travail par l’ajout d’une copie de son protologue sur une récolte parmi son matériel original. Les ronces étant de grandes plantes, il est fréquent que la même récolte se trouve sur plusieurs planches. Toutes ces planches seront alors considérées comme type.

. Isotype, isosyntype et isolectotype : lorsque Sudre désigne une seule et même récolte sur deux ou plusieurs planches (souvent par l’annotation manuscrite d’un numéro de récolte identique), je désignerai toutes ces parts comme type (holotype ou lectotype) si elles apportent des éléments nouveaux à la première planche. Parfois, de telles planches supplémentaires ne sont pas aussi explicitement rapprochable du type ou alors elles n’apportent rien au type. Elles seront alors considérées comme isotypes, isosyntypes ou isolectotypes.

. Épitype : lorsque le type choisi (holotype ou lectotype) est soit incomplet (seulement une primocane ou seulement une floricane), soit abîmé ou peu convaincant, je choisirai un épitype. Ce dernier sera désigné en priorité parmi le matériel original.

. Néotype : dans de très rares cas, le matériel original peut manquer dans l’herbier de Sudre. Il ne sera donc pas possible de désigner un holotype ou un lectotype. Je préfère ne pas typifier ces noms en attendant de, peut-être, retrouver du matériel original dans un autre herbier. Aucun néotype ne sera donc désigné dans ces articles. Mais, je le rappelle, cela ne devrait concerner que quelques très rares cas (peut-être un à cinq dans tout l’herbier).

 

Il est maintenant temps de s’attaquer à la publication des typifications des noms donnés par Sudre dans son herbier.

Bibliographie

Turland N.J., Wiersema J.H., Barrie F.R., Greuter W., Hawksworth D.L., Herendeen P.S., Knapp S., Kusber, W.-H., Li D.-Z., Marhold K., May T.W., McNeill J., Monro A.M., Prado J., Price M.J. & Smith G.F. (eds.), 2018. International Code of Nomenclature for algae, fungi, and plants (Shenzhen Code) adopted by the Nineteenth International Botanical Congress Shenzhen, China, July 2017. Regnum Vegetabile 159, Glashütten, Koeltz Botanical Books, DOI https://doi.org/10.12705/Code.2018

Van de Beek A., Matzke-Hajek G. & Royer J.-M., 2017. The types of the taxa of the genus Rubus (Rosaceae L.) described by Philipp Jakob Müller in Gorteria. Dutch Botanical Archives 39.

Remerciements

Un grand merci à David Mercier pour tout le temps passé à me convaincre d’abord, puis à me guider dans ce travail, ainsi que pour tout son travail de référencement (bibliographique et nomenclatural) effectué en amont et pour ses multiples relectures. Merci aussi à Jean-Marc Tison et Valéry Malécot pour toutes leurs informations concernant les méandres de la systématique. Je remercie aussi le Jardin botanique de Bordeaux ainsi que le service commun de conservation du patrimoine (SCECCP) de l’université Paul-Sabatier (et tout particulièrement le Jardin botanique Henri-Gaussen) pour leur aide précieuse dans cette aventure. Merci à Valérie Martin-Rolland pour sa relecture.